Dans le cadre du Projet de renforcement de la structuration du réseau des associations des consommateurs, pour améliorer la mobilisation et la protection des consommateurs au Congo, mise en œuvre avec l’appui financier de l’Ambassade de France au Congo à hauteur de 24.835.525 francs Cfa, il s’est tenu, du 15 au 17 septembre 2022, dans la salle du F.j.e.c (Forum des jeunes entreprises du Congo), à Brazzaville, un atelier de formation pour renforcer les capacités des organisations membres du Rac (Réseau des associations des consommateurs). Par la suite, le Rac a tenu son assemblée générale, qui a abouti à l’adoption des textes fondamentaux (statuts et règlement intérieur) et la mise en place des nouvelles instances dirigeantes, notamment le conseil d’administration, le bureau exécutif et la commission de suivi-évaluation. Mermans Babounga Ngondo et Jean-Claude Mabiala ont été élus respectivement coordonnateur et vice-coordonnateur du Rac.

Ouvert par René Ngouala, président du comité de suivi de l’Observatoire congolais des droits des consommateurs, en présence de Mme Léa Tardieu, chargée de mission de la société civile à l’ambassade de France au Congo, l’atelier du Rac a connu la participation des responsables des associations des consommateurs venus des différents départements du pays.
Ceux-ci ont échangé sur plusieurs thèmes, dont ceux relatifs au leadership, au management d’un réseau et à la stratégie de mobilisation des ressources. Ils ont appris une approche de la mobilisation sociale et l’engagement citoyen en vue de construire une relation entre les associations et les communautés qu’elles sont censées défendre.
L’atelier et l’assemblée générale avaient pour objectif de contribuer au renforcement des capacités organisationnelles et opérationnelles des organisations de la société civile membres du réseau, afin qu’elles répondent mieux aux plaintes des consommateurs. Ces rencontres ont permis aux associations d’améliorer la prise en charge des plaintes des consommateurs et d’engager une dynamique pour travailler ensemble.
A l’ouverture des travaux, René Ngouala a témoigné la volonté du changement de la situation du consommateur. «Bien souvent malmenés et trompés par des pratiques déloyales, le manque de transparence dans la tarification de certains produits et services puis la rétention des informations sur les mécanismes de gestion des plaintes, les consommateurs se plaignent du défaut d’assistance par les associations des droits des consommateurs. Cette préoccupation est légitime par rapport à la récurrence des pratiques ainsi décriées», a-t-il déclaré. Il a lancé un appel à travers un plaidoyer consistant aux professionnels et aux pouvoirs publics de tout mettre en œuvre, pour garantir la protection des consommateurs.
Pour sa part, Mme Léa Tardieu a invité les participants à s’impliquer dans le développement du réseau. «Le travail en réseau est en effet un atout qu’il sied de savoir mettre en valeur et à exploiter. La structuration et la mise en réseau de la société civile congolaise est une des priorités de l’ambassade de France au Congo, depuis de nombreuses années», a-t-elle précisé.

Martin
BALOUATA-MALEKA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici