Le Ministère en charge de la jeunesse et des sports a procédé, vendredi 7 octobre 2022, à l’ouverture officielle de la saison sportive 2022-2023 en République du Congo. La cérémonie, qui s’est déroulée dans la salle de conférence dudit ministère, à Brazzaville, était présidée par le directeur de cabinet, Charles Makaya, avec la participation de Blaise Bollé, vice-président du C.n.o.s.c (Comité national olympique et sportif congolais), des présidents et secrétaires généraux des fédérations sportives nationales. Pour cette saison sportive qui a démarré, les fédérations ont chacune trois objectifs à atteindre: la formation; la détection des talents et la participation aux compétitions internationales.

Au niveau du sport, la nouvelle saison est désormais lancée depuis le vendredi 7 octobre. Chaque fédération sait ce qu’elle doit faire, suivant le programme qu’elle s’est fixé. Une émulation les attend à la fin de la saison, comme de coutume. Les fédérations de natation, de cyclisme, d’haltérophilie, de pétanque doivent se réveiller, pour ne plus être en queue de peloton. L’athlétisme doit retrouver sa place. Quant aux fédérations qui sont empêtrées dans des contradictions internes, il est temps d’en sortir pour aller à l’essentiel, le sport.
«La saison sportive 2022-2023 qui s’ouvre ce jour répond bien à l’opérationnalité de cet engagement, celui d’amener l’athlète congolais à viser la haute performance», a déclaré Blaise Bollé. Le directeur de cabinet, Charles Makaya, a indiqué que la nouvelle saison sportive va être dominée par trois objectifs. «Au regard des défis auxquels nous devons faire face au cours de la saison sportive qui s’ouvre ce jour, j’invite les fédérations sportives nationales à se mettre résolument au travail, en faisant de la formation et préparation des athlètes leur priorité», a-t-il signifié.
Cette saison sportive 2022-2023 est un défi pour les fédérations sportives nationales qui n’ont pas pu totaliser un bon niveau de pourcentage dans la réalisation des missions assignées par le Ministère en charge des sports. Elles sont condamnées à travailler durement pour atteindre ces objectifs à l’issue de cette saison. Les fédérations qui ont, quant à elle, réussi à obtenir de bons pourcentages, elles doivent travailler encore davantage, pour se maintenir à de bons niveaux. Elles doivent veiller à communiquer et à promouvoir leurs disciplines sportives. La participation aux compétitions africaines et internationales doit se préparer à temps. Bonne chance à toutes les fédérations sportives nationales et rendez-vous au bilan!

Luze Ernest BAKALA