Le ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, M. Léon-Juste Ibombo, a officiellement lancé, le 22 septembre 2022, à Brazzaville, le projet d’adressage postal au Congo, en vue d’élaborer et créer une base de données d’adresses fiables et sécurisés pour faciliter la localisation.

Initié par l’A.r.p.c.e (Agence de régulation des postes et des communications électroniques), le projet d’adressage postal, qui vise la géolocalisation numérique des adresses, va participer à booster les services postaux et socio-économiques. Ces services seront l’un des piliers stratégiques dans le processus de diversification de l’économie nationale. Ce projet s’inscrit aussi dans la recommandation de l’Upu (Union postale universelle) à travers la dynamique «un citoyen, une adresse».
Pour le ministre Ibombo, les systèmes d’adressage et de codes postaux revêtent une importance capitale pour l’infrastructure nationale et le développement socio-économique d’un pays. A cet effet, il a suggéré aux parties prenantes venues des administrations civiles et militaires de valoriser la Sopeco dans le cheminement, la distribution, le développement du commerce électronique et le commerce intra africain, la livraison des marchandises y compris celles commandées sur Internet. Il s’agit également d’offrir à l’ensemble des administrations un outil de programmation et de gestion des services techniques.
Prenant la parole, le directeur général de l’A.r.p.c.e, Louis-Marc Sakala a indiqué que ce projet ne constitue pas seulement un enjeu de service et de proximité, mais aussi un levier d’attractivité des territoires à travers l’ensemble des services à caractère socio-économique, que ce travail sur la fiabilité de l’adressage pourrait améliorer.
Selon lui, ce projet est motivé par l’absence d’un système d’adressage généralise dans le pays, le manque de codes postaux, l’inexistence d’une base de donne es d’adresse et le besoin de la facilitation de la localisation des individus.
«Ce secteur fait état d’une distribution du courrier majoritairement par boîte postale, car les adresses physiques étant souvent incomplètes et qu’une partie de la population n’a pas accès aux services postaux offerts par les bureaux de postes les plus proches. La situation rend difficile l’acheminement, le tri et la distribution. La majorité des envois est concentre eau-tour de la capitale», a ajouté M. Sakala.
Poursuivant son propos, il a dit que la mise en place d’un système crédit d’adressage voudrait re former les conditions de distribution des envois postaux, notamment des administratifs ou des particuliers, en national et à l’international. Ce système va aussi assurer correctement les services publics et privés, faciliter le travail des services de la poste grâce à une cartographie numérique des adressages.
Présentant le projet, le directeur de régulation postale, M. Arnault Frédéric Dicka a laissé entendre que ce projet va permettre à chaque Congolais d’être localisé facilement. «En effet, à Brazzaville, des personnes ont des adresses physiques mais qui ne peuvent pas être utilisées ou exploitées sur le plan électronique. Si je vais arriver chez vous, je prends Google Maps par exemple, je mets votre adresse mail, Google maps ne vous connaît pas. C’est un grand handicap pour le développement socio-économique de notre pays», a-t-il explique.

(ACI)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici