Beaucoup de produits que nous consommons viennent d’autres pays africains: produits agricoles; pagnes; objets d’art; produits de beauté, etc. Le commerçant qui achète ses produits à l’étranger paye la douane et d’autres taxes, quand ils arrivent au Congo. Dans sept (7) ans, il n’y aura plus de douane, ni d’autres taxes entre tous les pays africains. Dès lors, tous ces produits vont coûter moins cher, la vie coûtera moins cher, parce que beaucoup de marchandises et de services venant d’autres pays d’Afrique seront très nombreux dans notre pays tels: le sucre; les boissons et tant d’autres…

Plusieurs banques, plusieurs commerces vont s’installer dans notre pays. Il y aura de la concurrence qui fera baisser les prix et augmentera les chances d’accéder aux crédits, pour ceux qui voudront entreprendre. Dans cette nouvelle économie compétitive, nous devons également augmenter notre capacité de production et la qualité de nos produits, afin de bénéficier de ce grand marché qui va s’ouvrir.

Les acheteurs potentiels ne seront plus seulement les cinq (5) millions de Congolais, mais un (1) milliard deux (2) cent (200) millions d’Africains, c’est-à-dire la population de toute l’Afrique. Le Ministère du commerce encourage les Congolais à entreprendre dans tous les secteurs: agriculture; élevage; industrie; artisanat; pêche; biotechnologie; intelligence artificielle; nouvelle technologie, etc.

Les Congolais doivent produire et vendre aux Africains, pour ne pas être de simples consommateurs de ce que les autres produisent, quand les frontières vont s’ouvrir dans sept (7) ans. Il revient aux opérateurs économiques déjà installés au Congo, de revoir leurs modèles économiques, afin de ne pas disparaître, lorsqu’interviendra la concurrence, avec l’ouverture des frontières. Tout l’espace économique de l’Afrique sera ouvert. Nos marchandises, nos services, notre argent vont circuler librement comme en Europe. Toutes les tracasseries que connaissent les commerçants, surtout les femmes au niveau des frontières, vont disparaître.
En Europe, ce grand marché ouvert s’appelle marché commun européen. Le grand marché ouvert des Africains s’appelle Zone de Libre-Echange Continentale Africaine, la ZLECAF, qui a été créée par l’Accord signé le 21 mars 2018, à Kigali, au Rwanda, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement. Elle est effective depuis le 1er janvier 2021, pour les pays qui sont déjà prêts. Les frontières du Congo avec les autres pays africains vont disparaître en 2030, dans sept (7) ans.
La ZLECAF fera de l’Afrique un seul espace économique, sans barrière douanière, sans frontière. C’est irréversible.