Plusieurs acteurs clefs du domaine de l’électricité ont participé, du 20 au 21 octobre 2022, à Brazzaville, à un atelier sur le plan de redressement du secteur de l’électricité en République du Congo, pour approfondir les orientations devant permettre à la communauté internationale et aux bailleurs de fonds de soutenir le pays dans la poursuite de ces réformes entreprises depuis 2003.

Organisé par le Ministère de l’énergie et de l’hydraulique, avec l’appui de la Banque mondiale, l’atelier sur le dressement du secteur de l’électricité au Congo a réuni les partenaires techniques et financiers, la société E2c (Energie électrique du Congo), du secteur privé et des bailleurs de fonds.
Durant les deux jours de travaux, les participants ont planché sur de nombreux thèmes, dont la «Présentation du secteur de l’électricité: cadre institutionnel, acteurs, réforme entreprise en 2017», «l’Etat d’avancement de la réforme» et «où en est le Congo sur ses trois piliers?».
Ouvrant les travaux, le ministre de l’énergie et de l’hydraulique, Emile Ouosso, a estimé que cet atelier sera productif et fécond en recommandations et en propositions, pour la poursuite de ces réformes. «Après l’élaboration du document de Stratégie de développement du secteur de l’énergie électrique, nous disposons désormais de la matière pour la poursuite des réformes entreprises depuis 2003. Pour cela, nous avons un portefeuille de projets à réaliser pendant la période de 2022-2030, pour atteindre l’objectif global qui est d’approvisionner le Congo en électricité de quantité et de qualité suffisante, à des coûts accessibles pour tous et d’en assurer l’exportation dans les villes de la Cemac ou hors de la Cemac», a dit le ministre Ouosso.
Aussi, a-t-il précise qu’«il nous revient de vulgariser la politique nationale du secteur de l’énergie électrique et d’assurer le plaidoyer auprès des bailleurs de fonds, des partenaires au développement et privés ainsi qu’auprès des investisseurs pour le financement de notre programme».
Dans le mot de circonstance du représentant par intérim de la Banque mondiale au Congo, M. Lanssina Traoré, lu par le spécialiste en énergie de cette institution, Daniel Camos, il a été souligné que l’accès à une électricité de qualité, abordable, propre et moderne est indispensable dans le développement économique et social de la République du Congo. De ce point de vu, M. Camos a fait savoir que le groupe de la Banque mondiale qui a étroitement accompagne le gouvernement congolais dans les réformes du secteur de l’énergie, reste prêt à mobiliser ses divers instruments financiers, en vue de soutenir cette réforme, par l’investissement, l’appui budgétaire, l’assistance technique ou par des garanties.
Parmi les réformes contenues dans la stratégie de développement du secteur de l’énergie électrique, figurent l’augmentation de la capacité de l’offre, la réduction des facteurs d’inefficacité et d’inefficience de l’environnement social, économique et technique du secteur de l’électricité, ainsi que l’exploitation de toutes les potentialités du pays en ressources d’énergie électrique.

Tiré de l’ACI
(Agence Congolaise d’Information, n°124)