La Banque mondiale a approuvé, au cours de ce mois de décembre 2022, un financement de 50 millions de dollars à l’appui des politiques de développement de la République du Congo. Ce financement vise à soutenir les efforts de réforme entrepris par les autorités pour améliorer la gouvernance, la mobilisation des recettes et la gestion des finances publiques, et créer les conditions d’une croissance inclusive et durable dans le pays.

Il s’agit de la première d’une série de trois opérations prévues sur la période 2022-2024 et financées par l’Ida (Association internationale de développement), afin de placer l’économie sur la voie de la reprise, conformément au Plan national de développement 2022-2026 porté par le gouvernement. «Les réformes soutenues par ce financement à l’appui des politiques de développement devraient avoir un impact positif, à moyen terme, sur la croissance économique, la réduction de la pauvreté et la viabilité environnementale», souligne Abdoulaye Seck, directeur des opérations de la Banque mondiale pour la République du Congo.
L’amélioration de l’environnement des affaires contribuera à faire baisser les coûts d’exploitation des entreprises, en réduisant la fréquence des inspections, mais aussi à stimuler l’investissement privé. L’amélioration de la prestation de services dans les secteurs de l’éducation et de la santé devrait permettre une mise à disposition de fonds plus équitable et plus réactive auprès des établissements scolaires et sanitaires.
L’amélioration de la protection sociale grâce à la mise en place d’un dispositif de filet de sécurité permanent apportera un soutien accru et durable aux ménages vulnérables, réduisant ainsi la pauvreté et renforçant l’inclusion sociale. Les réformes s’attaqueront également aux difficultés liées à la réduction des volumes de gaz brûlé aux torchères et rejeté dans l’atmosphère, conformément aux engagements visant à mettre fin au torchage d’ici à 2030, ainsi qu’aux objectifs de réduction des émissions de carbone, tels que définis dans la contribution déterminée au niveau national.
Communiqué
Banque mondiale)