Dans le cadre de ses activités, l’A.i.d.l consultance, cabinet d’accompagnement des projets de développement de territoires, basé à Pointe-Noire, que dirige Jean-Pierre Bitémo, organise, à partir du mois d’octobre 2022, une formation à l’autonomisation des Comités de gestion et de développement communautaire de Brazzaville et de Pointe-Noire, mis en place après les infrastructures construites par le Projet Durquap (Développement urbain et de restructuration des quartiers précaires). La mise en œuvre de ce projet est fondée sur une approche participative de la gouvernance publique qui implique les citadins des quartiers bénéficiaires de ces infrastructures, à travers ces comités de gestion qui sont des instances d’intermédiation sociale créées par décret présidentiel.
La formation à l’autonomisation des Comités de gestion et de développement communautaire vise comme objectifs, entre autres, de consolider les acquis réalisés après la mise en œuvre du Projet Durquap et s’assurer de la maîtrise des besoins en matière de pérennisation des infrastructures publiques d’intérêt communautaire construites dans les quartiers Moukoundzi-Ngouaka, dans le premier arrondissement Makélékélé, et Soukissa, dans le cinquième arrondissement Ouenzé, à Brazzaville, dans le quartier Mboukou, dans le troisième arrondissement Tié-Tié et le quartier Tchiniambi à Loandjili, dans le quatrième arrondissement de Pointe-Noire. Ces quartiers pilotes ont eu des voiries restructurées et aménagées par pavage ainsi que la réhabilitation du marché Soukissa d’une capacité de 720 places.
Pour rappel, Durquap est un projet du gouvernement financé et mis en œuvre conjointement avec la Banque mondiale. Cette initiative, en fin de cycle pour sa première phase, a eu pour objectif d’améliorer l’accès aux infrastructures et services de base, par les populations vivant dans les quartiers précaires de Brazzaville et Pointe-Noire.
Financé par un prêt de la B.i.r.d (Banque internationale pour la reconstruction et le développement), du groupe de la Banque mondiale, à hauteur de 44,304 milliards de FCFA, ce projet, qui répond aux défis de développement urbain, permet, au-delà de l’implantation des infrastructures, de renforcer les capacités de gestion des populations et des autorités locales. Une tâche à laquelle s’implique l’A.i.d.l consultance, à travers la formation des comités de gestion et de développement communautaire.

Chrysostome FOUCK ZONZEKA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici