Au cours d’une rencontre organisée, le mercredi 11 janvier 2023, dans la salle de conférence de l’A.r.p.c.e (Agence de régulation des postes et des communications électroniques), à Brazzaville, Louis Marc Sakala, directeur général de l’A.r.p.c.e, a présenté aux journalistes, aux directeurs généraux de sociétés privées partenaires et autres invités, le Fasuce (Fonds pour l’accès et le service universels des communications électroniques) dont il est le coordonnateur. Cette présentation s’est faite sur la base d’un film documentaire de 16 minutes, intitulé: «Fasuce, un outil efficace au service de l’inclusion socio-économique et numérique».

Le film documentaire est un condensé de deux ans d’activités dont l’ambition est de couvrir les zones blanches et réduire la fracture numérique, avec à terme, des projets ayant un impact social et économique. Selon Louis Marc Sakala, le Fasuce a pour objectif de promouvoir une politique d’inclusion numérique au profit des communautés rurales et d’autres couches défavorisées de la population, afin qu’elles bénéficient des mêmes opportunités que les populations vivant en ville.
«Il est clair que des progrès sensibles ont été enregistrés en termes d’amélioration du cadre de vie dans les localités où le Fasuce a posé ses bases. Possibilité d’être en contact permanent avec le monde, de réaliser des opérations comme le mobile money, émergence d’un nouveau secteur informel adossé aux services de la téléphonie mobile», a-t-il expliqué pendant la présentation du documentaire.
Il ressort des échanges avec l’assistance que ce fonds est initié par le gouvernement, afin de résoudre l’épineux problème du financement des zones rurales isolées et d’accès difficile, pour les opérateurs de la téléphonie mobile. C’est pourquoi le Fasuce est une «réponse concrète, pour permettre à chaque Congolais, d’accéder à un minimum de service de communications électroniques, voix et données, à des tarifs abordables et non discriminatoires, quelle que soit sa localisation géographique».
Le Fasuce est un véritable catalyseur du développement. Il a réussi à couvrir 105 localités considérées, hier, comme des «zones blanches» et connecté près de 19 écoles qui bénéficient déjà des bienfaits de l’Internet et des services de communication électroniques. Cet outil efficace au service de l’inclusion socio-économique et numérique est attendu dans tous les coins reculés pour promouvoir l’économie locale et apporté le bonheur aux parents.
Louis Marc Sakala est disposé de poursuivre cette œuvre gigantesque avec ses partenaires, pour répondre à un seul souci, celui de contribuer au «maillage du territoire national en service de communication électronique, voix et données».

Narcisse MAVOUNGOU