Sélectionner une page

Zlecaf (Zone de libre-échange continentale africaine) : Les deux Congo promettent d’adapter leurs accords commerciaux à la nouvelle donne

Zlecaf (Zone de libre-échange continentale africaine) : Les deux Congo promettent d’adapter leurs accords commerciaux à la nouvelle donne

Le ministre d’Etat Alphonse Claude N’Silou, ministre du commerce, des approvisionnements et de la consommation, et son homologue de la RD Congo, Jean-Lucien Busa, ministre du commerce extérieur, ont échangé, lors d’une séance de travail au Ministère des affaires étrangères, à Brazzaville, mardi 25 août 2020, sur les relations commerciales entre leurs deux pays, dans la perspective de la mise en œuvre de la Zlecaf (Zone de libre-échange continentale africaine). A l’issue de leur entretien qui s’est déroulé en présence de leurs collaborateurs respectifs et de Jean-Claude Kabongo, conseiller spécial en charge des investissements du Président de la RD Congo, les deux ministres ont répondu aux questions de la presse, expliquant que les pays ont décidé d’adapter leurs accords commerciaux à la nouvelle donne marquée par la mise en œuvre de la Zlecaf.

Parlant de la quintessence de leurs échanges, le ministre du commerce extérieur Jean-Lucien Busa, a indiqué que les deux Congo sont deux pays frères membres de la C.e.e.a.c (Communauté économique de l’Afrique centrale), qui doivent opérationnaliser la zone de libre-échange continentale africaine et prêcher par l’exemple en rendant leurs relations commerciales fluides. «Dans cette démarche, nous avons plusieurs défis. Le premier défi, c’est la facilitation du commerce et des investissements. Le deuxième défi, c’est la levée des barrières, les droits tarifaires et pourquoi pas non-tarifaires. Le troisième défi, c’est la levée des restrictions en matière commerciale. Le quatrième défi, c’est la lutte contre la fraude à l’export», a-t-il déclaré.
Son séjour à Brazzaville a permis de mettre en place des outils permettant d’assurer la fluidité des produits des premières nécessité entre les deux pays, par la signature de protocoles d’accords. «Mais, il nous faut encore un peu de temps, pour que nous y arrivions. Nos deux Chefs d’Etat y attachent du prix. Je veux vous avouer que la rencontre était très constructive et fraternelle. D’ici là, quelques soucis qui ont été posé trouveront des réponses», a-t-il précisé.
Le ministre d’Etat Alphonse Claude N’Silou a expliqué la politique de coopération qui conduit au libre-échange entre les deux Congo: «Nous avons en partage cette idée que lorsque nous produisons et vendons, nos pays deviendront plus riches. La mise en place de la zone de libre-échange, pour nos deux Présidents, Denis Sassou-Nguesso et Antoine Tshisekedi, créera des emplois pour nos populations et permettra que nos économies soient performantes. Notre pays, le Congo-Brazzaville, doit dépasser le cap de pays de transit, pour être un pays producteur et exportateur de produits de qualité, tout en les diversifiant, pour que notre économie soit compétitive. Quand nous devenons un pays producteur et exportateur, nous avons besoin de débauchés. Nos Chefs d’Etat et de gouvernements ont eu l’intelligence de créer les Communautés régionales économiques. Nous avons en Afrique, cinq communautés régionales économiques. Et la RD Congo et nous sommes dans le même espace économique, la C.e.a.c. Il doit avoir dans cette zone, la libre circulation des capitaux et des marchandises. Donc, au départ, la volonté politique y est. Malheureusement, il y a beaucoup de pesanteurs pour afficher cette volonté. Des pesanteurs inutiles, du genre, chez nous il n y a pas de routes… Je vous informe que notre Communauté économique est devenue la moins performante de toutes les communautés économiques en Afrique. Vous entendez parler de la C.e.d.a.o (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest). Il faut maintenant que la C.e.a.c aille de l’avant. C’est notre pari. C’est un engagement supra-national. Nous sommes engagés pour que tout le continent africain soit un seul espace économique où les biens et personnes vont circuler sans contrainte.
Au niveau de la sous-région, les pays membres de la C.e.a.c, il faudrait que nous parvenions à créer le libre-échange, que les marchandises circulent librement. Nous sommes les villes les plus proches au monde donc l’exemple doit partir de nous. Il y a une opportunité que nous voudrons saisir. Le Président Denis Sassou-Nguesso a reçu mandat de ses pairs, à cause de son dynamisme, de façon à apporter des réformes nécessaires, pour que la C.e.a.c, devienne dynamique, performante comme les cinq autres communautés économiques régionales.
De l’autre côté, c’est une opportunité également à saisir, le Président Tshisekedi va présider aux destinées de l’Union africaine (U.a). Je vous informe que la zone de libre-échange continentale va entrer en vigueur à partir du 1er janvier 2021. C’est lui qui va lancer l’ouverture des frontières. Comment voulez-vous que le Président Tshisekedi lance l’ouverture des frontières et ne soit pas lui-même un exemple sur la question de l’intégration? Les deux Chefs d’Etat se sont retrouvés et ont décidé de montrer l’exemple et nous sommes ici pour matérialiser cela. C’est pourquoi nous commencerons par certains produits, pour ne pas faire souffrir nos économies. Mais la finalité de l’action, c’est la création d’emplois dans l’intérêt de nos économies et nos populations. Je répète, c’est quand un pays produit et exporte qu’il devient riche».

Propos recueillis par
Chrysostome
FOUCK ZONZEKA

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

25 octobre 2020, 00: 41

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 1
  • 18
  • 1 628
  • 3 801
  • 488
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net