Vendredi 6 janvier 2023, les corps constitués nationaux ont présenté les vœux de nouvel an 2023 au couple présidentiel, dans un format similaire à celui du corps diplomatique qui l’a fait jeudi 5 janvier. Comme pendant le congrès du parlement, c’est le président de l’assemblée nationale, Isidore Mvouba, qui a prononcé le message de vœux au nom des corps constitués nationaux. Le Président de la République y a répondu aussi par un message de vœux. Ci-après, l’intégralité du message d’Isidore Mvouba, dans lequel il évoque les progrès réalisés par le Congo, avec le Président Denis Sassou-Nguesso.

«La cérémonie des vœux de ce jour nous rappelle que l’âme de notre République se nourrit essentiellement des us et coutumes, des rites et traditions, qui rassemblent les corps constitués nationaux et les forces vives de la Nation, ici et maintenant. En ce jour, nous sommes plus qu’honorés de pouvoir témoigner à Son Excellence Monsieur le Président de la République et à Madame la Première Dame, notre marque d’affection, à l’occasion de la traditionnelle cérémonie d’échanges des vœux de nouvel an.

Monsieur le Président de la République,
Ici, se tient devant Vous, un précieux échantillon du peuple congolais dont la présence en ce lieu emblématique illustre de toute évidence la communion, mieux, la relation fusionnelle qui vous lie au peuple congolais que vous aimez tant. Au nom de tous vos compatriotes ici rassemblés, permettez-moi de vous dire, Monsieur le Président de la République, que «vous êtes tout au Congo qui est tout pour vous».
C’est fort de cette complicité que le peuple congolais, dans toute sa richesse et sa diversité, a pu relever, dans l’unité, le travail et le progrès, tous les nombreux challenges et défis qui se sont dressés sur son chemin, aux arènes de l’année 2022 qui n’a pas été de tout repos.

Monsieur le Président de la République,
Votre important message sur l’état de la Nation adressé devant le parlement réuni en congrès, le 28 novembre dernier, ainsi que votre message du 31 décembre 2022, résonnent en écho, comme un appel à la conscience collective des Congolais, pour notre «marche vers le développement». A ces solennelles occasions, Monsieur le Président de la République, vous avez évoqué, entre autres, le grand effort de développement consenti dans notre pays depuis soixante-quatre ans.
En effet, comment peut-on être insensible à votre volonté chevillée au corps de conduire le Congo vers le développement et l’émergence? Comment peut-on être insensible à la croisade que vous menez contre les antivaleurs qui obscurcissent la conscience de certains congolais? Comment peut-on être insensible à la gouvernance électorale qui a permis de mesurer la vitalité de notre jeune démocratie? Comment peut-on être insensible au fonctionnement régulier et cohérent de nos institutions issues de la Constitution de 2015, elle-même, fruit de la nouvelle République qui prône l’esprit de partage? Vous avez relevé tous ces défis avec brio et maestria.
L’année 2022 a été marquée par la crise économique mondiale aggravée par la crise sanitaire à nouveau coronavirus, ainsi que la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Ces «situations, aussi désolantes qu’inquiétantes», ont montré la vulnérabilité de notre monde et révélé la solidité du Peuple congolais dont la résilience et la combativité ont été fortement saluées par vous, Monsieur le Président de la République.
Comment ne pas souligner l’opérationnalisation de nouveaux hôpitaux généraux, en harmonie avec le programme du gouvernement «Santé pour tous»? La politique sociale connaît quelques avancées avec des projets du genre Lisungui et la volonté affichée du gouvernement d’accorder une attention soutenue aux pensions de retraite, aux bourses des étudiants, aux victimes des inondations et autres catastrophes naturelles, et à l’indemnisation des expropriés.
Que dire de l’agriculture à une grande échelle qui prend forme grâce à une dynamique nouvelle! L’implantation des zones agricoles protégées dans tous les départements du pays va booster, à coup sûr, l’agriculture de notre pays. Le déploiement de la fibre optique avec à la clé la numérisation des services publics, mais aussi l’émergence dans ce secteur de start-up, sont de nature à améliorer la vie des congolaises et congolais.
Que dire du système éducatif qui se remet sur de bons rails! Le fonctionnement régulier de l’Université Denis Sassou-Nguesso, le projet de relèvement de l’Université Marien Ngouabi, ainsi que le projet de l’Université de Loango, renforcent ce grand dessein de redonner à l’enseignement supérieur congolais ses lettres de noblesse et de refaire de notre pays le quartier latin d’antan.
L’employabilité des jeunes va se consolider sur le lit d’une diplomatie économique offensive axée sur un partenariat public-privé, diversifié et désormais codifié, et dont l’objectif premier est la création des richesses et des emplois de masse. L’intégration dans la Fonction publique de milliers de jeunes en 2020 et en 2022, indique bien Votre volonté de trouver une solution pérenne à la sempiternelle question de l’emploi des jeunes.
En outre, le relèvement de l’âge limite de départ à la retraite participe à l’amélioration des conditions d’exercice du travail. De même, la loi dite Mouébara, du nom de cette femme exceptionnelle, protège, désormais, la femme congolaise contre les violences dont certaines sont portées par des pans rétrogrades de nos traditions. C’est une avancée significative. Le Congo, sous votre impulsion, poursuit dans la permanence de l’action, le maillage du territoire national en infrastructures de base.
A l’ouvrage, la lutte contre la covid-19 menée sous votre très haute autorité, a permis d’éviter l’hécatombe annoncée. Ce serait manquer à un devoir que de ne pas évoquer votre intervention dans le maintien de la paix, la stabilité et la sécurité en Afrique, ainsi que votre leadership remarquable dans la lutte contre le dérèglement climatique.
C’est ici l’occasion de saluer la pertinence du Plan national de développement 2022-2026 inspiré de votre projet de société «Ensemble, poursuivons la marche» sur lequel se repose désormais l’espoir du peuple congolais.
Quel bonheur d’avoir à la tête de notre pays, la solidarité incarnée, autrement dit, un humaniste convaincu, un homme de principe, un homme d’action, qui tient à son pays et à son peuple comme à une partie de lui-même et qui sublime par son engagement politique le pacte républicain, la démocratie, et l’Etat de droit !
Plus que tout, Denis Sassou-Nguesso est un homme d’engagement. L’engagement, pour maintenir, sur l’ensemble du territoire national, la paix et la tranquillité, la stabilité et la sécurité acquises au prix de moult sacrifices. C’est le crédo d’un homme d’exception. C’est gagné par une vive émotion que l’on peut contempler et admirer ce qu’est devenu le Congo transfiguré par la main habile de l’Homme des actions concrètes. Pour tout dire, le Congo d’aujourd’hui n’est pas le Congo d’hier, loin s’en faut. La chose en exemples abonde. En son temps, André Malraux écrivait, je cite: «L’homme est ce qu’il fait».

Monsieur le Président de la République,
Votre destin est étroitement lié à celui du Congo et guidé par l’espoir et l’espérance que vous insufflez, chaque jour qui passe, au peuple congolais, par le savoir-être, le savoir-faire, en un mot par l’action. Par ma voix, l’ensemble des corps constitués nationaux et des forces vives vous souhaitent, à vous, à Madame Antoinette Sassou-Nguesso, très distinguée première dame, aux membres de votre famille et à vos proches, les meilleurs vœux de santé, de prospérité, de bonheur et de succès sur tous les plans.

Bonne et heureuse année 2023 à tous!
Vive la République unie, fraternelle et solidaire!
Vive le Congo Eternel!».