Fleuron des installations sportives congolaises, le Complexe sportif La Concorde de Kintélé, commune située au Nord de Brazzaville, dans le Département du Pool, a été abandonné de toute activité sportive. Inauguré le 1er septembre 2015, par le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, il a accueilli, du 4 au 19 septembre 2015, les Onzièmes jeux africains, qui sont à l’origine de sa construction. Et les rapaces ont fait leur funeste travail de vandalisme, en emportant presque tous les équipements et l’immobilier: sonorisation; transformateur; tableaux lumineux; mobilier; ordinateurs; post-téléviseurs; caméras de surveillance; groupes électrogènes; climatiseurs; box Internet; baies vitrées; portes… Le triste constat été fait lors d’une visite, mardi 22 mars 2022, par le ministre en charge des sports, Hugues Ngouélondélé, accompagné des entrepreneurs chinois qui ont construit ce joyau.

Le Complexe sportif La Concorde de Kintélé a été construit en deux ans et trois mois, par les sociétés chinoises China State construction engineering, Zhengwei technique Congo et Sinohydro, pour un coût de 380 milliards de francs Cfa. Il comprend un stade omnisport d’une capacité de 60 mille places (le Stade de Kintélé), deux stades annexes d’entraînement de football, un palais des sports de 10.000 places, un complexe nautique de 2.000 places, une piscine d’entraînement, un aire de jeu (pour pétanque, beach-volleyball, badminton, handball de plage), un hôtel, des bâtiments administratifs (pouvant accueillir l’administration publique et les fédérations sportives) avec salles de conférence, etc.
Mais, après avoir abrité les Jeux africains, le complexe sportif, l’unique de cette dimension que compte le pays, a été tout simplement abandonné. Sur le plan administratif, le gouvernement n’a pas fait le transfert de responsabilités entre le Ministère en charge des grands travaux, qui a été le maître d’ouvrage, et le Ministère en charge des sports, le bénéficiaire. La Direction générale de ce complexe n’a ni budget ni expertise pour son entretien.
Après la tenue des états généraux du football congolais, qui a recommandé «la mise aux normes des Stades Président Alphonse Massamba-Débat et celui de la Concorde et l’Unité de Kintélé, pour la reprise des compétitions internationales en République du Congo», le ministre Hugues Ngouélondélé a pris son bâton de pèlerin, pour toucher du doigt la réalité des deux grandes infrastructures sportives du pays. Lui et la délégation qui l’accompagnait sont tombés des nues, devant l’ampleur du pillage dont ce complexe est l’objet.
Outre le vol, l’abandon est total. Aucune activité ne s’y tient. C’est comme si les Congolais n’avaient pas besoin de ce complexe sportif, que beaucoup d’autres pays africains rêvent d’avoir. Le mobilier emporté, les bureaux sont devenus des refuges de reptiles. Le complexe nautique sert aux sauterelles et autres crapauds. On y élève même un crocodile. L’eau des piscines dégage une odeur nauséabonde. Dans les deux stades annexes, l’on peut effectuer une partie de chasse, tant l’herbe est haute. Bref, c’est un spectacle affligeant, de voir comment l’argent du peuple est méprisé à ce point. 380 milliards de francs Cfa, image-t-on les problèmes de l’Etat et de la Nation qu’on aurait pu résoudre?
Le directeur général du complexe, Kévin Ngaboulou, a failli être tué un jour par des voleurs qu’il avait surpris en pleine opération, en plein jour. «Le vol a commencé depuis octobre 2015, après les Jeux africains. Nous avons pris nos commandes, en faisant des rapports écrits au ministère. Nous n’avons jamais eu d’issue favorable. Sûrement maintenant, le ministre s’est rendu compte qu’il est temps de faire le sérieux, il est venu instruire les chinois pour réhabiliter le site. Ne pouvons pas réhabiliter sans faire l’état de lieu, car la quasi-totalité du matériel a été volé. Je peux citer pêle-mêle le transfo, les chaises, la liste n’est pas exhaustive. S’il faut citer, nous pourrons rester ici jusqu’au matin. Souvent, le vol se passait la journée. Tu viens le matin sur le terrain, les choses sont en place. Quand tu reviens le lendemain, il n’y a plus rien. Et c’est en plein jour qu’on vole. J’ai été braqué au complexe nautique, par des hommes en uniforme, qui étaient en train de faire leur opération. Heureusement que j’ai crié que c’est le directeur. Il a baissé son arme. Sinon que je serais abattu, ce jour-là. Je suis même en insécurité là où je vous parle. Je ne peux venir seul au boulot. Quand je fais ma revue des sites, je ne peux pas le faire, si je suis seul. Je dois toujours être accompagné de quatre ou cinq personnes, de peur d’être assassiné. Ils ont déjà volé tous les appareils. Ils rentrent maintenant dans les câbles, pour prendre le cuivre. L’Etat doit prendre ses responsabilités», a-t-il déclaré. Signalons sur 391 groupes électrogènes, il n’en reste plus que 34. Tout le reste a été volé, en plein jour, à l’aide de service de manutention. La quasi-totalité des véhicules, qui avaient servi aux Jeux africains, avaient pris d’autres directions. Après la visite du ministre, un voleur a été arrêté, avec ses câbles de cuivre.
Au sortir de cette visite, malgré la colère et la déception suscitées par ce vandalisme, le ministre Ngouélondélé a promis la réhabilitation du Complexe sportif La Concorde de Kintélé, dans les plus brefs délais, en raison des compétitons qui pointent à l’horizon, comme les éliminatoires de la Can (Coupe d’Afrique des Nations) de football Côte-d’Ivoire 2023.

Luze Ernest BAKALA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici