Sélectionner une page

Visite de travail du Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo à Brazzaville : Denis Sassou-Nguesso promet un mini-sommet sur le contentieux frontalier entre la RD Congo et la Zambie

Visite de travail du Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo à Brazzaville : Denis Sassou-Nguesso promet un mini-sommet sur le contentieux frontalier entre la RD Congo et la Zambie

Le Président de la République Démocratique du Congo, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a effectué une visite de travail de 24 heures à Brazzaville. Arrivé le mercredi 15 juillet 2020, vers 16h, à bord du bateau Majestic, il était accueilli au Port fluvial par son homologue, le Président Denis Sassou-Nguesso, avec qui il a eu deux entretiens en tête-à-tête, au Palais présidentiel, le jour de son arrivée, comme le jour de son départ. Il a regagné Kinshasa le jeudi 17 juillet, en début d’après-midi, par le beach de Brazzaville.

Selon le Président de la RD Congo, aussitôt après son arrivée, il s’est entretenu avec son homologue congolais sur le dossier brûlant de la présence, depuis deux mois, des troupes zambiennes dans la Province du Tanganyika, sur le sol congolais, dans un contentieux frontalier qui a éclaté depuis bientôt un an. Le Président Denis Sassou-Nguesso a promis la tenue d’un mini-sommet qui va réunir non seulement les deux pays impliqués, la RD Congo et la Zambie, mais aussi le Zimbabwe qui assure la présidence en exercice de la S.a.d.c et le Congo-Brazzaville qui pilote la C.i.r.g.l (Conférence internationale sur la région des Grands-Lacs).
La RD Congo et la Zambie partagent une longue frontière au Sud-Est de la RD Congo, avec la particularité qu’un bras de territoire congolais s’enfonce dans la Zambie, à partir de la ville de Lubumbashi, à l’image de la Gambie et du Sénégal. La Zambie nie toujours les faits, mais la tension est grande dans cette zone, avec la présence des militaires zambiens en territoire congolais.
Parlant à la presse, peu avant son départ, le Président Tshisekedi a indiqué qu’il a aussi passé en revue avec son homologue les questions d’actualité liées à la crise sanitaire, les difficultés causées aux populations par la fermeture, depuis trois mois et demi, des frontières entre les deux Congo, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de covid-19.
Les deux Chefs d’Etat ont reconnu la nécessité de l’ouverture des frontières de leurs pays respectifs, dès que possible, pour relancer les échanges commerciaux entre Brazzaville et Kinshasa et soulager les familles pénalisées par la fermeture des frontières.
Les deux Chefs d’Etat ont mis un accent particulier sur l’éradication des maladies infectieuses comme la poliomyélite, Ebola et tant d’autres. «Il y a évidemment une grande intimité entre Denis Sassou-Nguesso et moi, pour venir recevoir certains conseils et parler de certains problèmes à la fois de la région et même au-delà de la région. Mais, il y a également les problèmes entre nos pays, comme celui des réfugiés de Yumbi (RD Coongo) qui sont à Makotimpoko (Congo-Brazzaville)», a-t-il précisé.
En politique intérieure de la RD Congo, le Président Tshisekedi a dû répondre à la préoccupation des journalistes sur les tensions qu’il y a entre les deux plateformes de la majorité, Cach (Cap pour le changement) et F.c.c (Front commun pour le Congo) de l’ancien Président Joseph Kabila. Il a, cependant, rassuré qu’il n’y a pas d’autre voie que de s’entendre, malgré les incidents qui se sont produits et surtout la pression de militants de l’U.d.p.s qui veulent en finir avec le F.c.c. «C’est une expérience inédite dans la jeune histoire de notre pays. C’est d’abord la première alternance pacifique que nous avons. Ensuite, c’est une coalition qui nous est imposée par la volonté de la population, parce que je ne vous cache pas que nous rêvions d’avoir cette majorité au parlement. Mais, elle est allée dans l’autre camp. Nous nous sommes convenus de coaliser. On ne pouvait que tomber dans ce genre de petits incidents. L’essentiel est de regarder d’abord les intérêts du pays et je crois que les uns et les autres sont conscients de cette prise en compte des intérêts du pays, j’entends. Et donc, nous allons finir par trouver des solutions. Nous n’allons pas vers une rupture de la coalition, ça c’est certain», a-t-il déclaré.
Rappelons que c’est la troisième visite officielle que le Président Tshisekedi a effectuée à Brazzaville. Ce qui témoigne de la bonne santé des relations entre les deux Etats et leurs dirigeants ont convenu de se rencontrer régulièrement, pour échanger sur les questions d’intérêt commun.

Hervé HEKIRONO

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

25 octobre 2020, 00: 19

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 0
  • 18
  • 1 627
  • 3 800
  • 487
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net