Visite de travail du ministre des hydrocarbures à Alger

Pour une coopération bilatérale dans les infrastructures pétrolières et gazières

Le ministre des hydrocarbures, Bruno Jean-Richard Itoua, qui est également président en exercice de la Conférence de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole), a effectué, du 21 au 25 mai 2022, une visite de travail à Alger, pour lancer un partenariat entre le Congo et l’Algérie dans le domaine pétrolier, particulièrement développer une coopération bilatérale dans la formation, les infrastructures pétrolières et gazières. Le 22 mai, le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a reçu en audience le ministre Itoua. Au terme de sa visite, mercredi 25 mai, ce dernier a signé un accord-cadre sur la formation du capital humain, la fourniture d’équipements et le transfert de technologies d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures, avec son homologue algérien, Mohamed Arkab, ministre de l’énergie et des mines.

A l’issue de l’audience qui s’est déroulée en présence du ministre algérien de l’énergie et des mines, Mohamed Arkab, le ministre congolais des hydrocarbures a, au nom du Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, et du Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, remercié le Président Tebboune pour le «bon accueil» qu’il lui a réservé. Puis, expliquant le but de sa visite, il a déclaré: elle «traduit la volonté commune dans le domaine stratégique et vital du gaz et du pétrole, et ce, à la lumière des relations politiques, diplomatiques et culturelles unissant les deux pays… Tous ces facteurs nous permettent de consacrer une coopération solide dans le domaine énergétique, notamment le pétrole et le gaz, au niveau des deux ministères et des deux sociétés nationales d’énergie… La Sonatrach (ndlr: Société nationale pour la recherche, la production, le transport, la transformation et la commercialisation des hydrocarbures) est une référence au niveau africain et mondial dans le domaine énergétique».

Au sortir de l'audience présidentielle, le ministre Itoua expliquant le sens de sa visite de travail à Alger
Au sortir de l’audience présidentielle, le ministre Itoua expliquant le sens de sa visite de travail à Alger

Bruno Jean-Richard Itoua a annoncé que le Congo œuvrait à développer un partenariat efficace entre la Sonatrach et la S.n.p.c (Société nationale des pétroles du Congo) dans le domaine des hydrocarbures. «Nous attendons du soutien de la part de votre grande société qui jouit d’une expérience avérée, notamment dans le domaine de l’industrie du gaz, maîtrisée par la Sonatrach… Nous souhaitons asseoir des passerelles de coopération énergétique entre Alger et Brazzaville, à travers lesquelles nous ouvrirons des perspectives prometteuses de partenariat entre les deux pays et en Afrique», a-t-il ajouté.

Puis, il a affirmé la volonté du Congo de travailler de concert avec l’Algérie pour développer le commerce intra-africain, mettant l’accent à cet égard sur le rôle de la Zlecaf (Zone de libre-échange continentale), qui nécessite «davantage de soutien, en particulier de la part des pays producteurs d’énergie». Il a souligné la nécessité, pour l’Afrique, d’être «forte et unie, parlant d’une seule voix, pour construire une stratégie spécifique au continent afin d’être au diapason des transitions énergétiques».

La signature de l'accord-cadre avec son homologue alégrien, Mohamed Arkab, ministre de l'énergie et des mines.
La signature de l’accord-cadre avec son homologue alégrien, Mohamed Arkab, ministre de l’énergie et des mines.

Le séjour du ministre Bruno Jean-Richard Itoua à Alger a été également marqué par un tête-à-tête avec Mohamed Arkab, élargi aux délégations des deux pays.  Le procès-verbal des discussions paraphé par les deux ministres prévoit l’échange d’expériences dans le domaine de l’élaboration d’un cadre légal et réglementaire qui régit l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures, et aussi le développement de la coopération dans le domaine de la formation et du développement du capital humain.

Il sera, notamment, question de la possibilité d’intervention de la Sonatrach et ses filiales en République du Congo, dans les services pétroliers et la fourniture d’équipements ou encore dans le domaine de l’amont pétrolier et gazier dans ce pays.

Ce document prévoit, également, le renforcement du cadre de coopération entre la Sonatrach et la S.n.p.c.

Le séjour du ministre des hydrocarbures a été ponctué par plusieurs visites techniques au niveau des installations gazières d’Arzew, au C.r.d (Centre de recherche et développement) et à l’I.a.p (Institut algérien du pétrole) de Boumerdès. La délégation congolaise a, en outre, eu des rencontres au niveau de l’entreprise nationale Sonatrach et des agences de régulation du secteur (l’Alnaf: Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures et l’A.r.h: Autorité de régulation des hydrocarbures). Ces visites ont permis aux membres de la délégation congolaise d’avoir un aperçu sur l’expérience algérienne dans les industries pétrolières et gazières et dans le domaine de la formation dans les métiers liés à cette industrie.

Nana KABA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici