L’Unoc (Union nationale des opérateurs économiques du Congo) a tenu sa convention nationale, le 10 décembre 2022, à Brazzaville. La cérémonie d’ouverture de cette convention s’est déroulée sous le patronage de la ministre des petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel, Jacqueline Lydia Mikolo, qui avait à ses côtés le président de l’Unoc, le Dr Jean-Daniel Ovaga, et le président des sages, Dominique Nzalakanda.

La convention de l’Unoc a été l’occasion toute indiquée pour le Dr Jean-Daniel Ovaga, de présenter le bilan à mi-parcours de la structure patronale qu’il dirige. «Les actions sont déjà au passé. Ce qui est important, c’est la convention nationale que nous venons de tenir. Cette convention permet de baliser le futur de l’Unoc, qui est un secteur de privé national. Nous avons comme objectifs d’avoir un secteur privé national dynamique, résilient, fort en appui avec le gouvernement, pour pouvoir aborder les défis de demain. Cette convention s’est résumée en trois mots: 5000 adhérents; 200.000 emplois directs et indirects et 500 milliards de francs Cfa de contribution au budget national, donc au P.i.b», a-t-il indiqué.

Dr Jean Daniel Ovaga, président de l’Unoc.
Dr Jean Daniel Ovaga, président de l’Unoc.

L’Unoc a tenu sa convention pour se mettre en ordre de bataille et s’engager à promouvoir un secteur privé fort. «Le rôle du secteur privé, c’est de créer les richesses et l’Etat n’est que régulateur et collecteur de cette épargne. Aucune Nation au monde ne peut se développer, sans un secteur privé national fort. Ce n’est pas mauvais d’être riche. Mais, il faut être riche, pour que cela puisse servir à l’Etat», a déclaré le Dr Ovaga.
Présentant le bilan à mi-parcours de cette structure, le président de l’Unoc a relevé quelques changements sur la création des valeurs dans la mutualisation des efforts. «Cela pour être à la conquête des idéaux novatrices. Le patronat congolais passe par des reformes pour conquérir les champions à mettre à la disposition de la République», a fait savoir le président de l’Unoc, dont la structure ambitionne d’apporter une plus-value et d’être à la conquête des finances pour les P.m.e (Petites et moyennes entreprises) et les P.m.i (Petites et moyennes industries).
Ala cérémonie d’ouverture, la ministre Jacqueline Lydia Mikolo, qui est également marraine de l’Unoc, a relevé, d’entrée de jeu, les défis auxquels tous doivent faire face. Il y a la relance de la production nationale et la mise en place d’un cadre de concertation entre le gouvernement et les opérateurs économiques. Aussi, est-elle revenue sur le dialogue qui doit régner entre le gouvernement et ces derniers. «Il faut relancer le dialogue permanent. Car, l’Etat a besoin des P.m.e congolaises, et faire sauter tous les verrous contre l’éclosion d’un secteur économique très fort», a-t-elle indiqué, en rappelant que le gouvernement a pris des reformes pour améliorer le climat des affaires au Congo.
Notons qu’à la fin de cette convention nationale, le Dr Jean-Daniel Ovaga a été porté à la tête du Conseil d’administration de l’Unoc. Il a été installé dans ses fonctions par la ministre Mikolo, qui a fait autant pour les autres membres élus aux différents postes de ladite organisation patronale.

Achille TCHIKABAKA