Sélectionner une page

Unesco : La directrice générale, Audrey Azoulay, a visité l’Ecole de peinture de Poto-Poto

Unesco : La directrice générale, Audrey Azoulay, a visité l’Ecole de peinture de Poto-Poto

La directrice générale de l’Unesco (Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture), la Française Audrey Azoulay, a séjourné au Congo, du 13 au 14 octobre 2020. Au cours de son séjour brazzavillois, elle a visité l’Ecole de peinture de Poto-Poto, le mercredi 14 octobre, en compagnie de Dieudonné Moyongo, ministre de la culture et des arts, et de Parfait Mbon, directeur de cette école de peinture. Cette visite s’inscrivait dans le cadre du renforcement de la coopération et du partenariat entre le Congo et l’Unesco.

L’un des temps forts du séjour de la directrice générale de l’Unesco à Brazzaville, a été la visite de la célèbre Ecole de peinture de Poto-Poto, située en plein cœur de Moungali, le quatrième arrondissement de la ville capitale. L’ancienne ministre de la culture en France, aujourd’hui à la tête de l’Unesco, est venue rendre hommage à cette célèbre école de peinture fondée en 1952 par le Français Pierre Lods, dans l’espoir de lui restituer son envergure régionale et sa place au sein des industries culturelles du Congo. L’Ecole de peinture de Poto-Poto a, à son palmarès, la médaille Picasso de l’Unesco et la formation de grands artistes évoluant dans des galeries internationales. Au cours de cette visite, Mme Azoulay a eu droit à une exposition des œuvres de cette école. Elle a annoncé le soutien financier de l’Unesco à cette école.

Qui est Audrey Azoulay?

Ancienne élève de l’Ecole nationale d’administration, Audrey Azoulay est diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et titulaire d’un «diploma of business administration» de l’Université de Lancaster, au Royaume-Uni. Evoluant dans le secteur de la culture depuis le début de sa carrière professionnelle, elle a, entre autres, travaillé au financement du secteur audiovisuel public français, puis à la réforme et à la modernisation des systèmes français d’aide au cinéma. Elle a, également, effectué des missions comme experte auprès de la Commission européenne sur les questions de culture et de communication.
En tant que conseillère culture auprès du Président de la République Française, elle a notamment initié, en 2014, la conception d’un plan pour la protection du patrimoine en danger. Plan qu’elle a mis en œuvre en 2016 en tant que ministre de la culture et de la communication. Elle s’est attachée également à favoriser l’accès à la culture auprès des enfants, avec le lancement de programmes d’éducation artistique et culturelle au sein de l’école «Création en cours», mais aussi auprès des populations en région ou en zone de sécurité prioritaire avec la création d’infrastructures culturelles innovantes «Microfolies».
Activement engagée, depuis des années, en faveur du dialogue interculturel et intergénérationnel, afin de faire progresser l’éducation pour tous et la diffusion des savoirs scientifiques et culturels, Audrey Azoulay compte poursuivre cet engagement à la tête de l’Unesco où elle a été élue par la 39ème session de la conférence générale, pour un mandat de quatre ans, succédant ainsi à la Bulgare Irina Bokova. Elle a pris ses fonctions le 15 novembre 2017. Depuis, elle s’attache à ce que cette institution puisse remplir pleinement son mandat universel, et jouer un rôle moteur au sein des Nations unies, prônant des valeurs d’humanisme et d’ouverture.

Ella BIKOUMOU

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.
close
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.

A propos de l'auteur

l'horizonafricain

L'horizon Africain, un journal d'information paraissant au Congo Brazzaville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

25 novembre 2020, 15: 13

L’editorial de la redaction

IL NE FAUT PAS PÉNALISER LES GÉNÉRATIONS FUTURES

On a hérité de la période de vaches grasses, quand les budgets de l’Etat étaient excédentaires grâce à la manne pétrolière (2004 à 2014), des habitudes qui, aujourd’hui où l’on gère les vaches maigres, risquent de pénaliser les générations futures, en raison des ardoises qu’accumule l’Etat chaque année. On pourrait alors se retrouver en porte à faux avec le principe de l’équité intergénérationelle.

Lire la suite

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 44
  • 30
  • 2 447
  • 6 297
  • 852
  • 653
  • 18 novembre 2020

Votre météo

booked.net