29.9 C
Brazzaville
sam 1 octobre 2022
spot_img
AccueilActualitéUn opposant gabonais, Guy Nzouba-Ndama, interpellé avec plus d’un milliard de francs...

Un opposant gabonais, Guy Nzouba-Ndama, interpellé avec plus d’un milliard de francs Cfa en liquidité

Congo – Gabon

Un opposant gabonais interpellé avec plus d’un milliard de francs Cfa en liquidité

C’est une histoire digne d’une fiction télévisée! Gabonais et Congolais n’en croient pas leurs yeux! Et oui, un opposant gabonais, Guy Nzouba-Ndama (76 ans), ancien président de l’Assemblée nationale, a été interpellé samedi 17 septembre 2022, dans l’après-midi, par la douane gabonaise, dans un contrôle de routine, alors qu’il revenait du Congo-Brazzaville. Après s’être opposé vigoureusement au contrôle des valisettes qu’il transportait dans son véhicule, il a été conduit au poste de gendarmerie de Léconi où les gendarmes, ayant forcé l’ouverture des valisettes, l’une après l’autre, ont découvert un montant total de 1 milliard 190 millions de francs Cfa.

L’affaire a été d’abord révélée par les médias sociaux, dès le samedi soir, à travers des vidéos et des photos. L’opposant Guy Nzouba-Ndama, ancien ministre, ancien président de l’assemblée nationale du Gabon, a été contrôlé par la douane gabonaise, alors qu’il revenait du Congo-Brazzaville, à bord d’une camionnette double-cabine blanche. A l’arrière de son véhicule, il y avait quatre valisettes remplies d’argent, en lots de billets de 10 mille francs Cfa.

Vue de deux valisettes ouvertes.
Vue de deux valisettes ouvertes.
Guy Nzouba-Ndama assistant à l'ouverture forcée de ses valisettes pleines d'argent.
Guy Nzouba-Ndama assistant à l’ouverture forcée de ses valisettes pleines d’argent.

L’opposant gabonais revenait de Brazzaville et rentrait dans son pays, par la route. Au Congo, il n’a pas été inquiété. Mais, après avoir traversé la frontière, il est tombé dans un contrôle de douane de son pays. Il a prétexté aux douaniers que les valisettes contenaient ses habits et ceux de sa femme. Dubitatifs, les douaniers lui ont demandé d’ouvrir une des valisettes, pour s’assurer de la véracité de sa déclaration. L’opposant s’est opposé énergiquement à cette demande.

Devant l’impasse, les douaniers l’ont conduit au poste de gendarmerie de Léconi, situé à une heure de route. Les gendarmes ont forcé l’ouverture des valisettes, sous le regard impuissant du propriétaire. La première valisette a tout de suite révélé sa vraie contenance: des lots de billets de dix mille francs. Puis, la deuxième jusqu’à la quatrième! Guy Nzouba-Ndama aurait ensuite avoué que l’argent lui a été donné à Brazzaville.

Guy Nzouba-Ndamba devant son magot saisi par la gendarmerie.
Guy Nzouba-Ndamba devant son magot saisi par la gendarmerie.

Evidemment, le magot a été saisi. Selon une déclaration de la procureure de la République de Libreville, faite le dimanche 18 septembre, l’argent a été saisi et reversé au Trésor public. «Pour avoir refusé de déclarer les dits-fonds et pour n’avoir pas pu justifier leur provenance, un procès-verbal de détention irrégulière de fonds…, a été dûment établi par les services compétents de la douane et les dits-fonds ont été confisqués… Les fonds confisqués ont été reversés au Trésor public par les services de la douane, sous le contrôle du parquet de la République», a déclaré madame la procureure de la République qui a promis l’ouverture d’une enquête, «pour pouvoir déterminer l’origine et l’usage prévu de ces fonds».

L’opposant Guy Nzouba-Ndama serait pour l’instant libre de ses mouvements. C’est un ancien baron du P.d.g qui fut conseiller du Président Omar Bongo-Ondimba dans les années 90, avant d’être promu au gouvernement. Elu député de Koulamoutou, son fief natal, dans le Département de Lolo-Bouenguedi, il est porté à la tête de l’hémicycle, en janvier 1997. Mais, en mars 2016, alors qu’Ali Bongo-Ondimba a succédé à son père, il démissionne et annonce, en avril, sa candidature à l’élection présidentielle d’août 2016. Il finit, par rallier la candidature de Jean Ping.

Pour l’élection présidentielle d’août 2023, il soutiendrait la candidature de l’ancien ministre et ancien député, Alexandre Barro Chambrier (64 ans), ancien cadre du P.d.g, président du parti R.p.m (Rassemblement pour la patrie et la modernité) qui avait aussi soutenu la candidature de Jean Ping en 2016.

Alexandre Barro Chambrier est connu pour être aussi proche du régime de Brazzaville. Le magot transporté par Guy Nzouba-Ndama lui était-il destiné? C’est ce que rapporte la rumeur des réseaux sociaux. Mais, aucune preuve n’est avancée là-dessus. Ce qui est clair, c’est que cette affaire ajoute de l’ombre dans les relations déjà ombrageuses entre Libreville et Brazzaville.

Urbain NZABANI

AUTRES ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

derniers articles

Commentaire