Fidèle à son agenda, sept mois après son entrée en fonction, le gouvernement Makosso a tenu son troisième séminaire, du 5 au 8 janvier 2022, à l’Hôtel Radisson Blu, à Brazzaville, sous le thème: «L’opérationnalisation du P.n.d 2022-2026, pour relever les défis sociaux, gage de succès du Projet de société du Président de la République». Une manière, pour le gouvernement, d’évaluer son action et de fixer les objectifs à atteindre, en rapport avec le P.n.d (Plan national de développement) qui est un cadre programmatique des actions de l’exécutif, pour un coût de 8,988 milliards de francs Cfa. Les cérémonies de clôture et d’ouverture étaient présidées par le Premier ministre, chef du gouvernement, Anatole Collinet Makosso.

Dans son discours bilanciel, le Premier ministre a donné des orientations pour la nouvelle année qui vient de commencer. Après les travaux dans les quatre commissions mises en place et dirigées par les ministres d’Etat, les membres du gouvernement se sont retrouvés en séance plénière, pour la mise en commun des travaux en commission, afin de tracer la perspective dans le cadre de l’exécution, du suivi et de l’évaluation de l’action gouvernementale.
L’évaluation de l’action du gouvernement est une nouvelle façon de travailler qu’a adoptée le Premier ministre Anatole collinet Makosso, afin de booster les efforts des membres du gouvernement, sous l’angle de la Gar (Gestion axée sur les résultats). C’est aussi une manière d’encourager les membres du gouvernement à plus d’engagement et d’efficacité, sur fond de solidarité et d’exemplarité.
Les questions d’eau courante, d’électricité et de la vie chère ont dominé les échanges des membres du gouvernement qui ont été unanimes à reconnaître que si l’ancien P.n.d (2018-2022) a échoué, c’est parce que les préoccupations de base que sont l’eau courante, l’électricité et la maîtrise de l’inflation des prix des denrées alimentaires de base n’ont pas été résolues.
En ce qui concerne l’électricité, le gouvernement entend améliorer sa desserte à partir de la mise en service des zones économiques spéciales.
Les populations congolaises attendent beaucoup des retombées sociales du P.n.d (2022-2026), qui sont portées sur: la lutte contre la corruption; le logement; l’eau courante; l’électricité; le réseau routier; la lutte contre les nuisances sonores; la lutte contre la vie chère; la salubrité et la lutte contre le phénomène d’insécurité, appelé bébés noirs qui impacte les ménages. Cela ne doit pas être que des faits d’annonce, a réagi un syndicaliste.
La mise en œuvre du P.n.d (2022-2026) dépend aussi de l’engagement des membres du gouvernement, entendu la responsabilité, la collégialité et la recevabilité dont ils doivent faire preuve, dans la mobilisation des financements. Ce P.n.d s’est appuyé sur 6 piliers, conformément au projet de société du Président de la République. L’opérationnalisation de la gestion axée sur les résultats demeure l’épine dorsale pour la réalisation de ce programme.
Dans son discours de clôture, le Premier ministre Collinet Makosso a reconnu la participation effective des membres du gouvernement et leur présence dans les quatre commissions de travail mises en place. Il s’est réjoui de «l’apport positif de chacun» d’eux. Une façon de chercher les meilleures voies possibles de solutions pour agir solidairement. «Les créateurs congolais d’emplois doivent être protégés», a-t-il affirmé, parce qu’ils «sont véritablement des patriotes».
Au nom de l’ouverture que prône le chef du gouvernement, il avait choisi comme modérateur du troisième séminaire gouvernemental, l’ancien ministre Martial De Paul Ikounga, cadre de l’U.-pa.d.s que le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, avait fait nommer comme commissaire des ressources humaines, de la science et de la technologie à la commission de l’Union africaine dont la Sud-Africaine, Nkosazana Dlamini Zuma, était présidente (2012-2015) et qui est resté à son poste jusqu’en 2017.
A l’instar d’un parti politique bis, le gouvernement a pris une motion de soutien au Président de la République, pour avoir permis l’organisation dudit séminaire.

Chrysostome
FOUCK ZONZEKA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici