Sélectionner une page

Suspension du service de la dette aux Clubs de Paris et de Londres pour le Congo : 182 milliards de francs Cfa économisés, pour davantage lutter contre le coronavirus

Suspension du service de la dette aux Clubs de Paris et de Londres pour le Congo : 182 milliards de francs Cfa économisés, pour davantage lutter contre le coronavirus

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie de covid-19, le Congo compte parmi les pays qui bénéficient de la suspension du service de la dette au Club de Paris (dette publique) et au Club de Londres (Dette privée). L’annonce a été faite le 10 juin 2020 par Ludovic Ngatsé, ministre délégué au budget, au journal vespéral de Télé-Congo. Il a indiqué que le pays économise, au total, 182 milliards de francs Cfa, grâce à ces décisions de suspension du service de la dette. Ce qui fait respirer la trésorerie nationale.

Le plaidoyer des autorités congolaises sur l’aide financière internationale, en vue de la lutte contre la pandémie de covid-19, produit déjà des fruits. En effet, les fonds qui devraient servir au paiement de la dette publique bilatérale, de juin à décembre 2020, et au paiement de la dette privée au Club de Londres seront consacrés essentiellement à la relance économique et à la modernisation des infrastructures sanitaires du pays mises à nu par la pandémie de covid-19.
«Pour notre pays, le Congo, c’est une toute première excellente nouvelle, après beaucoup de combats autour du Président de la République, le Premier ministre et les équipes du ministre des finances, ensemble, nous avons lourdement travaillé de manière à apprêter le dossier, pour que le Congo, qui remplissait les critères, puisse être éligible à cette initiative», a déclaré Ludovic Ngatsé. Celui-ci a ensuite expliqué les critères qui ont milité en faveur de la sélection du Congo, en disant: «Pour être éligible à cette initiative, il fallait d’abord être un pays en voie de développement, avoir un programme avec le F.m.i, ne pas avoir des arriérés de paiement. Donc, en gros, être un bon élève avec les institutions financières internationales. Et le Congo remplissait bien ces critères.»
Le ministre délégué au budget a, par ailleurs, éclairé la lanterne de l’opinion en ce qui concerne les montants alloués. «Le montant directement lié au Club de Paris est de l’ordre de 130 milliards par année. Mais dans le cadre de cette initiative, il avait été demandé à tous les autres créanciers, notamment ceux regroupés au sein du Club de Londres, de suivre l’initiative du Club de Paris. Et c’est là que tout devient intéressant, parce que si l’on élargit la palette des créanciers, on pourra aller jusqu’à un montant beaucoup plus substantiel. Et d’ailleurs, on peut affirmer qu’en plus des 130 milliards, on a déjà 52 de plus. Ce qui fait un total de 182 milliards par année. Nous dégageons, là, une économie de 182 milliards, pour l’exercice budgétaire 2020», a-t-il signifié.
En contrepartie du soutien du Club de Paris, le Congo se doit de payer la dette intérieure. Ce qui boostera la santé des entreprises locales, donc des opérateurs économiques et faire face à la pandémie de covid-19, c’est-à-dire, dynamiser, moderniser et améliorer l’offre de ses infrastructures sanitaires.
Abordant l’épineuse question du programme avec le F.m.i, Ludovic Ngatsé, tout en soulignant la complexité des négociations avec les institutions financières internationales, a affirmé que le programme avec le F.m.i s’exécute normalement, dans le respect des engagements pris par le gouvernement, qui est à pied d’œuvre, pour apporter les réponses nécessaires exigées par le F.m.i.
En conclusion, le ministre Ludovic Ngatsé soutient que le Congo se doit de compter sur ses propres forces, notamment la mobilisation des ressources fiscales, avant de compter sur les aides extérieures. Ainsi, les entreprises et autres acteurs ont été invités à payer leurs impôts après les mesures de grâce accordées dans le cadre de la lutte contre la pandémie de covid-19.
Hervé EKIRONO

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

25 octobre 2020, 00: 48

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 1
  • 18
  • 1 628
  • 3 801
  • 488
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net