Une délégation du Ministère de la santé et de la population, conduite par le Dr Ludovic Gnekoumou Libaba, conseiller technique du ministre de la santé et de la population, le Dr Benjamin Atipo, directeur exécutif du C.n.l.s.e (Conseil national de lutte contre le sida et les épidémies) et de la docteure Cécile Mapapa Miakassissa, directrice du P.n.l.s (Programme national de lutte contre le sida) a participé, du 31 octobre au 2 novembre 2021, à Dakar, capitale du Sénégal, au sommet régional d’Afrique de l’Ouest et du centre sur le V.i.h-sida, co-organisé par l’Onusida et l’Institut de la société civile pour le V.i.h et la santé en Afrique de l’Ouest et du centre.

Placé sous le haut patronage du Président de la République du Sénégal, Macky Sall, sous le thème: «Une réponse qui ne laisse personne pour compte dans le contexte de covid-19 et des nouvelles pandémies», le sommet régional Afrique de l’Ouest et du centre sur le V.i.h-sida était ouvert par Abdoulaye Diouf Sarr, ministre sénégalais de la santé et de l’action sociale. Les participants ont ensuite échangé, à travers des panels sur diverses thématiques liées au V.i.h-sida, pour s’engager à nouveau dans une riposte qui fonctionne pour tous. En effet, la rencontre visait plusieurs objectifs notamment:
– réunir les principales parties prenantes mondiales et régionales pour définir des étapes nécessaires pour des réponses efficaces au V.i.h-sida;
– échanger sur les lacunes de la riposte contre le V.i.h en Afrique de l’Ouest et du centre, afin de mettre fin à l’épidémie de sida comme menace de santé d’ici à 2030;
– lutter contre les inégalités et mettre les plus vulnérables au centre des réponses.
Au-delà des objectifs, le sommet de haut niveau de Dakar a favorisé un engagement politique pour repositionner le V.i.h-sida au cœur d’une approche de la santé résiliente. Il a fait connaître les engagements pris dans la déclaration politique sur l’épidémie, les approches adoptées dans la stratégie mondiale de lutte contre le sida et les recommandations émises par l’Onusida sur les questions humanitaires et régionales.
Les discussions ont également porté sur la déconsidération du rôle et des relations des gouvernements et de la société civile en Afrique de l’Ouest et du centre, c’est-à-dire la redynamisation du rôle des gouvernements, le repositionnement des communautés au centre des réponses aux pandémies, la redéfinition de la coopération entre les gouvernements et la société civile et la promotion des bonnes pratiques existantes.
La région d’Afrique de l’Ouest et du centre ne représente que 8% de la population mondiale, mais elle abrite plus de 12% des personnes vivant avec le V.i.h dans le monde. De plus, 1 nouvelle infection à V.i.h sur 3 chez les enfants se produit dans cette région et seulement 35% des enfants sont sous traitement (comparé à 77% des adultes.) Et 22% de tous les décès liés au sida proviennent de cette partie du continent africain.
Outre le plaidoyer en faveur de la société civile, la rencontre a relevé la nécessité de l’augmentation, par les gouvernements, du financement national de la riposte au V.i.h, la relance de l’initiative «Education plus» qui souligne l’importance de maintenir les filles et les jeunes femmes dans l’enseignement secondaire, l’amélioration de la distribution des antirétroviraux sur plusieurs mois, la prévention et la lutte contre la stigmatisation et la discrimination.
«Les 25 pays d’Afrique de l’Ouest et du centre concentrent, à eux seuls, 4,7 millions de personnes vivant avec le V.i.h, soit 12% des cas de V.i.h dans le monde», a rappelé le Président Macky Sall dans son discours de clôture. «C’est pourquoi la mobilisation doit rester de mise autour de la nouvelle stratégie mondiale de lutte contre le sida, stratégie 2021-2026 visant entre autres l’accès équitable et égal aux services et solutions liés au V.i.h», a-t-il poursuivi, en s’engageant à être désormais l’interlocuteur des organisateurs auprès de l’Union africaine et des partenaires internationaux pour le renforcement des financements dans la lutte contre cette maladie. Reste maintenant à la délégation congolaise de faire écho de cette importante réunion qui relance la lutte contre le V.i.h-sida dans les pays concernés.

Urbain
NZABANI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici