Sélectionner une page

Session du Comité exécutif de la Fécofoot (Fédération congolaise de football) : 1,6 milliard de budget 2020 et instauration des championnats de football féminin U17

Session du Comité exécutif de la Fécofoot (Fédération congolaise de football) : 1,6 milliard de budget 2020 et instauration des championnats de football féminin U17

Le Comité exécutif de la Fécofoot (Fédération congolaise de football) s’est réuni en session ordinaire, le 11 juillet 2020, à Brazzaville, sous le patronage de Jean Guy Blaise Mayolas, président de la Fécofoot. Il ressort de cette session l’adoption du budget exercice 2020, fixé en recettes et en dépenses à la somme de 1 milliard 668 millions 747 mille 778 francs Cfa. L’autre décision importante sortie de cette session, c’est l’instauration, dès la saison prochaine, des championnats nationaux directs de football féminin U17.

Au cours de cette session, il a été fait un compte-rendu de l’assistance financière aux équipes et à la presse sportive pendant le confinement et la contribution de la Fécofoot au Fonds de solidarité sur la covid-19.

A l’ouverture de la session du Comité exécutif, Jean Guy Blaise Mayolas a sollicité la volonté des membres à donner un nouvel élan au fonctionnement de la Fécofoot, afin d’aboutir à des résultats probants.
Juste après son mot d’ouverture, les participants se sont mis au travail, en examinant minutieusement les points inscrits à l’ordre du jour. Ils ont adopté le budget de l’exercice 2020 s’élevant en recettes et en dépenses à 1 milliard 668 millions 747 mille 778 francs Cfa. Ce budget est légèrement en hausse d’une trentaine de millions de francs Cfa, par rapport à celui de l’année dernière. Mais, cette année, les activités sportives, comme on le sait, sont perturbées par la crise sanitaire provoquée par la pandémie de covid-19.
Si les compétitions sont à l’arrêt, cette crise a obligé les responsables du football à créer un volet d’assistance sociale aux équipes. Ainsi, le point de l’assistance financière assurée à la famille du football congolais est très satisfaisant, car la presque totalité des bénéficiaires ont reçu l’assistance qui leur était destinée. Même la presse sportive n’a pas été oubliée, ce qui est encourageant, même si tous les médias n’ont pas encore été pris en compte.
Autre décision: le Comité exécutif a fixé la date du 12 septembre 2020, pour la tenue de l’assemblée générale ordinaire de la Fécofoot. Cela tombe bien, pour la relance des activités sportives au niveau du football national.
Par contre, une mauvaise décision est tombée sur la Fécofoot, avec le verdict de la Commission discipline de la Fifa (Fédération internationale de football association) qui a condamné le Congo à verser, dans un délai de 30 jours, en plus des arriérés, la totalité du salaire restant de l’entraîneur français Sébastien Migné, suivant son contrat qui a été rompu unilatéralement par le Congo, en mars 2018, alors qu’il courait jusqu’en mars 2019. C’est bien de recourir aux entraîneurs étrangers, mais cela coûte très cher, surtout quand les erreurs de gestion s’en mêlent.
Autant d’argent à payer, alors que pendant ce temps, le Congo n’a rien gagné en football.
Enfin, le Comité exécutif de la Fécofoot a procédé à un léger réaménagement du bureau de la Ligue nationale de football, en procédant à un changement de postes.
Pour clore la session, Guy Blaise Mayolas a félicité et remercié les membres du Comité exécutif pour le travail abattu et leur a demandé d’être prêts pour la relance des compétitions.
Signalons qu’à la fin des travaux, le député Médard Moussodia a fait le point des travaux à la presse.
Luze Ernest BAKALA

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

24 octobre 2020, 23: 47

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 27
  • 33
  • 1 673
  • 3 800
  • 487
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net