22.2 C
Brazzaville
sam 3 décembre 2022
spot_img
AccueilActualitéSergueï Lavrov reçu par le Président Denis Sassou-Nguesso à Oyo

Sergueï Lavrov reçu par le Président Denis Sassou-Nguesso à Oyo

Congo – Russie

Sergueï Lavrov reçu par le Président Denis Sassou-Nguesso à Oyo

Porteur d’un message du Président Vladimir Poutine, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï V. Lavrov (72 ans), a été reçu en audience, lundi 25 juillet 2022, pendant près de deux heures, par le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, à sa résidence d’Oyo (Département de la Cuvette). L’homme d’Etat russe y était arrivé la veille, dimanche 24 juillet vers 21h et était accueilli à l’Aéroport international d’Ollombo par son homologue congolais, Jean-Claude Gakosso, ministre des affaires étrangères, de la Francophonie et des Congolais de l’étranger, avec qui il a eu ses premiers entretiens durant sa visite de travail à Oyo, qui a été bouclée par une conférence de presse.

Pendant la conférence de presse tenue conjointement avec son homologue congolais, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï V. Lavrov, a confié à la presse, majoritairement russe, que son pays apprécie «la position équilibrée du Président de la République et du ministre des affaires étrangères sur le dossier ukrainien».

Dans le salon de l'Aéroport international d'Ollombo
Dans le salon de l’Aéroport international d’Ollombo.

On peut, en effet, rappeler que lors du vote, par l’Assemblée générale de l’Onu, le 2 mars 2022, de la résolution exigeant que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine, le Congo comptait parmi les 35 pays du monde, dont 25 africains, qui s’étaient abstenus. Mais, toujours à l’Assemblée générale des Nations unies, le Congo avait voté contre la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’homme, le 7 avril 2022. Initiée par les Etats-Unis, cette résolution avait obtenu une majorité de 93 voix contre 24 et 58 abstentions.

Il y a lieu de comprendre que le gouvernement russe puisse remercier les pays qui avaient suivi ses consignes. Le déplacement de Sergueï V. Lavrov n’est donc pas seulement pour encourager un pays qui mène une politique équilibrée, mais aussi qui lui est proche, politiquement parlant.

Pendant la conférence de presse.
Pendant la conférence de presse.
Formé dans l'ex-URSS, Jean-Claude Gakosso parle aussi le russe.
Formé dans l’ex-URSS, Jean-Claude Gakosso parle aussi le russe.

Le Congo met aussi en avant l’importance du dialogue dans sa politique diplomatique. «Avec la grande expérience d’homme d’Etat et de Chef d’Etat qu’il a accumulée au fil du temps, (il a connu plusieurs Présidents soviétiques et russes), le Président Denis Sassou-Nguesso est regardé comme l’une des plus grandes mémoires diplomatiques qui soient. Donc, c’est un grand événement que la présence, ici à Oyo pays forestier, de Sergueï Lavrov, diplomate chevronné que tout le monde connaît. Et puis, ma fois, en Afrique, on vénère les anciens. Nos amis européens le savent. Dans les situations difficiles, on s’en remet à la sagesse des anciens. Vous avez remarqué qu’il y a quelques semaines, le gouvernement italien a dépêché ici son ministre des affaires étrangères; il y a une décade à peine, le gouvernement américain a dépêché à Brazzaville, son envoyé spécial sur la Libye; il y a quelques jours, le gouvernement chinois a dépêché Madame Xu Jinghou auprès du Président Denis Sassou-Nguesso. Aujourd’hui, nous avons le bonheur de recevoir Sergueï Lavrov qui vient avec la bonne nouvelle inhérente à l’accord signé en Turquie sous le parrainage des Nations unies qui devrait relancer la commercialisation du blé ukrainien à travers la mer noire», a déclaré le ministre Jean-Claude Gakosso pendant la conférence de presse. Plus loin, il a précisé que le Congo «n’a pas voulu hurler avec les loups; il n’a pas voulu faire comme jeter l’huile sur le feu. Bien au contraire, avec amitié, avec respect de part et d’autre, il recherche les voies et moyens d’avoir peut-être une solution négociée dans cette crise». Ainsi donc, dans la crise ukrainienne, le Congo n’entend pas jouer un camp contre un autre. Il entend prôner la voie du dialogue; une voie qui, pour l’instant a du mal à convaincre, mais qui peut prospérer.

Urbain NZABANI

AUTRES ARTICLES

2 Commentaires

Les commentaires sont fermés.

derniers articles

Commentaire

Davidtom on Football
Joshuadrymn on
Joshuadrymn on Football