Le Commandement de la sécurité civile a publié, lors d’une rencontre avec la presse, vendredi 24 septembre 2021, à la caserne des sapeurs-pompiers, à Brazzaville, le bilan de la couverture sanitaire des concours et examens de 2021. C’est la quatrième fois consécutive que cette structure relevant du Ministère de la sécurité et de l’ordre public met à la disposition du public les statistiques concernant les pathologies qui affectent les candidats aux divers concours et examens d’Etat. Pour cette année, ce sont au total 6.590 personnes qui ont été prises en charge par les services de santé de la sécurité civile, contre 4.653 en 2020, soit une augmentation de 1.937 cas.

Il est déjà un acquis que le commandement de la sécurité civile est au chevet des candidats durant le déroulement des sessions des différents concours et examens d’Etat. Le bilan du travail de secours et d’assistance sanitaire réalisé par les sapeurs-pompiers était présenté par le médecin-capitaine de police, Thierry William Mandzouono, en présence du général de police de première classe Albert Ngoto, commandant de la sécurité civile, et du colonel de police Serge Pépin Itoua-Poto, le commandant en second.
La répartition des consultations selon les différents examens et concours s’est faite de la manière suivante:
– baccalauréat général: 2.485 cas, soit 37,67%;
– baccalauréat technique: 1.262 cas, soit 19,15%;
– brevet d’études professionnelles/brevet d’études techniques et certificat d’aptitude professionnelle: 581 cas soit 8,82 cas;
– brevet d’études du premier cycle: 2.127 cas, soit 32,28%;
– certificat d’études primaires et élémentaires: 41 cas, soit 0,62%;
– concours: 96 cas, soit 1,46%.
Les motifs de consultations prédominants se répartissent ainsi qu’il suit:
– céphalées: 2.411 cas;
– douleurs abdominales: 552 cas;
– fièvre: 484 cas;
– dysménorrhée: 463 cas;
– autres cas: 2.680 cas.
A noter que cette année, les services de sécurité civile ont été mis à rude épreuve à cause de l’état d’amortissement des ambulances grandement sollicitées en cette période d’état d’urgence sanitaire de covid-19.
Les statistiques ainsi présentées nécessitent une exploitation par les ministères des enseignements général et technique, en tirant les leçons afin de parvenir à une préparation psychologique des candidats, afin de les aider à mieux gérer le stress.
La couverture sanitaire assurée par les services de santé du commandement de la sécurité civile a concerné les centres d’examens et concours des localités d’implantation des services de la sécurité civile, et exceptionnellement étendue aux localités de Kinkala et d’Ignié dans le Pool. Aussi bien les candidats que les personnels administratifs et agents des services de l’ordre étaient concernés.
En plus de ses missions traditionnelles et malgré les difficultés de tous ordres, le commandement de la sécurité civile a pris l’option d’assurer la couverture sanitaire des examens d’Etat et concours depuis 2018. C’est une expérience particulière qu’il convient de pérenniser, sous l’impulsion du ministère de la sécurité et de l’ordre public, en collaboration avec les ministères en charge de l’enseignement.

Joseph MWISSI NKIENI