Hugues Ngouélondélé, ministre de la jeunesse et des sports, de l’éducation civique, de la formation qualifiante et de l’emploi a procédé, jeudi 29 septembre 2022, dans la salle de conférence du siège de son ministère, à Brazzaville, à la clôture de la saison sportive 2021-2022. C’était en présence de Raymond Ibata, président du C.n.o.s.c (Comité national olympique et sportif congolais), Simon Ibovi, président Comité national paralympique congolais, les dirigeants des fédérations sportives nationales et les cadres en charge du sport. Quatre discours ont ponctué cette cérémonie de clôture de la saison sportive passée, ouverte le 22 octobre 2021.

Guy-Patrice Okemba, directeur général de l’éducation physique, a été le premier à prendre la parole, pour dresser le bilan des résultats techniques de toutes les fédérations durant la saison 2021-2022, qui a connu une baisse de leur niveau opérationnel, avec un taux moyen de réalisation des activités pour les fédérations qui est de 33,95%, comparé à la saison 2020-2021 qui était de 48,94%.
Prenant la parole à son tour, le secrétaire général du Comité national paralympique congolais, Jonas Bamana, a fait un plaidoyer pour les athlètes paralympiques qui ont des compétitions à venir, mais les moyens financiers font défaut pour leur participation.
Le président du C.n.o.s.c, Raymond Ibata, qui a pris la parole en troisième position, a donné le programme des futures compétitions. «Voici deux événements après lesquels nous ferons l’évaluation du sport, en stigmatisant les apports des uns et des autres. Et d’inviter instamment les fédérations sportives nationales, premiers acteurs à s’en préoccuper, par la détection des athlètes très engagés dans la recherche de hautes performances. Le Ministère des sports et le C.n.o.s.c étant également invités à jouer leur partition, en vue de relever le défi de «aucune médaille en un demi-siècle de participation aux Jeux olympiques», a-t-il indiqué.
Après toutes ces allocutions, le ministre Hugues Ngouelondélé a invité les fédérations sportives nationales à se mettre résolument au travail, pour des résultats encore meilleurs que la saison passée. «Cette période a permis aux fédérations sportives nationales de mettre en œuvre leurs programmes d’activités respectifs et aux athlètes de participer aux différentes compétitions, sur le plan national, continental et international. En effet, à l’ouverture de la saison sportive, j’exhortais les fédérations sportives nationales à se mettre résolument au travail, pour affirmer les prestations de nos athlètes, en vue d’une participation honorable aux différentes compétitions sportives continentales. Force est de constater que, globalement, ces objectifs n’ont pas été atteints. J’invite, donc, les fédérations sportives nationales, à faire le bilan de leurs activités de la saison sportive écoulée, pour mieux se projeter sur la saison sportive 2022-2023», a-t-il déclaré.

Luze Ernest BAKALA