Par décret n°2022-98 signé le 3 mars 2022, le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, a reconduit Maixent Raoul Ominga dans ses fonctions de directeur général de la S.n.p.c (Société nationale des pétroles du Congo), conformément à l’article 29 du décret n°2017-420 du 9 novembre 2017 portant statuts de la S.n.p.c. L’actuel directeur général reste ainsi à la tête du fleuron de l’économie congolaise, durant les quatre prochaines années.

Expert-comptable agréé Cemac (Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale), Maixent Raoul Ominga fut nommé pour la première fois comme directeur général de la S.n.p.c, le 28 février 2018, en conseil des ministres, sous l’autorité du Président de la République, Denis Sassou-Nguesso. Il avait pris ses fonctions le 5 mars 2018.
Dès cet instant, il avait exprimé son ambition d’améliorer les performances de cette société. «C’est une mission très lourde, on en a conscience. N’oublions pas que nous avons le mandat de l’État pour commercialiser sa part de brut. Nous allons travailler la main dans la main avec le gouvernement pour que la S.n.p.c puisse contribuer de façon sensible au budget de l’État. C’est parmi nos priorités. Je suis certain qu’avec les conseils des anciens dirigeants de la société et avec le programme que nous allons mettre en place, on devra réaliser rapidement quelques performances», avait-il déclaré, avant de mettre en place un programme de travail comportant quatre axes prioritaires:
– faire de la S.n.p.c une société productrice de pétrole, sa vocation première;
– assurer la permanence des produits finis sur le marché national;
– améliorer ses performances à travers une politique de dividendes, afin qu’elle contribue sensiblement au budget de l’Etat;
– renforcer les capacités des ressources humaines, à travers un plan de formation.
Sa reconduction pour un deuxième mandat suppose que son bilan d’activités a convaincu le Chef de l’Etat. Maixent Raoul Ominga succède à lui-même, porté par un bilan qui a permis le redressement de la société, dont la situation d’endettement s’est nettement améliorée. Il a redynamisé les activités de l’amont par la réalisation de l’étude de réévaluation du potentiel du permis Mengo-Kundji-Bindi II (M.k.b II), le forage et la mise en production de cinq puits d’appréciation qui permettent désormais d’élaborer un plan de développement de ce permis. Au niveau de l’aval, son action a permis d’assurer de façon continue l’approvisionnement du pays en produits pétroliers finis.
Cerise sur le gâteau, la signature en 2021 avec Trafigura et en janvier 2022, avec Glencore, des accords de restructuration des dettes du Congo envers ces deux sociétés de trading pétrolier, a augmenté les chances du programme du Congo au F.m.i (Fonds monétaire international).
S’agissant des ressources humaines, son action a permis l’amélioration des performances du personnel au travers d’un master-plan de formation et de carrière groupe, élaboré avec l’aide des cabinets spécialisés et l’amélioration des conditions de travail, par un management de la qualité, qui s’est traduit par l’obtention de la certification Iso 9001 au bénéfice des filiales Ilogs et Coraf.
Pour ce qui est de la responsabilité sociétale, la S.n.p.c a mené des actions d’intérêt général à travers sa Fondation, à l’exemple de la réhabilitation ou la construction des infrastructures sanitaires (Pavillon mères et enfants à Kinkala, les C.s.i de Tchimizi à Pointe-Noire, Marien Ngouabi à Talangaï et Kombo, à Djiri ). Un projet de forage de 21 puits d’eau potable dont 11 déjà opérationnels est en cours dans le District d’Igné, pour améliorer la desserte de l’hydraulique villageoise le long de la Route nationale n°2. Couplé à la connexion de 6 villages au réseau de la société E2C (Energie électrique du Congo), ce projet permet aux populations d’intensifier le développement de leurs activités.
Maixent Raoul Ominga est conscient de la lourde mission qui est la sienne. Pour mener à bien son action, il est impératif à la S.n.p.c de contribuer à la relance de ses activités de recherche et de production pétrolière et de réaliser les projets structurant de l’aval pétrolier durant son nouveau mandat. Car, les défis sont énormes dans un contexte où le Congo entend sortir de la crise économique aggravée par la pandémie de covid-19.

Urbain NZABANI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici