Ça y est! Le Nouveau Testament traduit en langue vili est désormais disponible. La présentation et la dédicace de l’ouvrage a eu lieu le samedi 11 septembre 2021, à l’occasion d’un culte célébré en la Paroisse évangélique de Mvoumvou, à Pointe-Noire, en présence des membres de l’œcuménisme et d’autres confessions religieuses dont le C.p.a (Christianisme prophétique en Afrique) ou église lassyste. Au grand bonheur de la communauté chrétienne ressortissante du Département du Kouilou, qui y voit un atout supplémentaire de diffusion de la parole de Dieu.

Le «N’kangulu Wumoone», qui veut littéralement dire «Nouveau Testament», en vili, est un ouvrage de couleur bleue, constitué de 622 pages de format A5, dans lesquelles sont traduits tous les 27 livres du Nouveau Testament. Outre des introductions à chaque livre, on y trouve également des cartes de territoires où se déroulent les histoires racontées par le Nouveau Testament.
L’œuvre est le fruit d’une synergie entre l’A.b.c (Alliance biblique du Congo) et la branche locale de la Sil-Congo (Société internationale de linguistique). «Cinq ans après la signature du protocole d’accord entre Sil-Congo et l’Alliance Biblique du Congo, le 13 novembre 2015, notre objectif commun a été atteint. Le préambule dudit protocole affirmait: en vue de traduire le Nouveau Testament en vili, il a été convenu entre l’A.b.c et Sil-Congo de coopérer étroitement dans ce projet, dont la durée est de cinq ans. Ensemble, nous célébrons, aujourd’hui, un rêve devenu réalité. Le premier Nouveau Testament en vili est là», déclaré Julien Moumbeti, président du Conseil d’administration de l’A.b.c, dans son mot de circonstance.
La publication du Nouveau testament en langue vili a été réalisée grâce à l’abnégation des ressources humaines mobilisées pour réaliser l’ouvrage. «Au début, chacun travaillait chez lui avec son ordinateur. Mais après, on nous a demandé de nous regrouper à l’Alliance biblique de Mawata. Et on travaillait du lundi à vendredi, de 7h à 18h. C’était fastidieux et fatigant. Mais, grâce à la détermination de notre coordonnateur qui est décédé et à la volonté de Dieu, nous avons pu travailler jusqu’à offrir ce premier Nouveau Testament en vili», se souvient Adolphe Paka, un des traducteurs.
Pour de nombreux responsables chrétiens, la bible en vili va les aider à mieux répandre la parole de Dieu chez les peuples vilis. «Qu’il y ait une bible en vili ne peut que nous arranger, car déjà notre prophète, Lassy Zéphyrin, prêchait en vili. Donc, ça va nous aider à mieux diffuser la parole de Dieu en milieux vilis», s’est félicité le pasteur Ngaby Tchibassa du Christianisme prophétique en Afrique.
Un projet de traduction vili de l’Ancien Testament est également en cours d’exécution, promettent l’A.b.c et la Sil-Congo. Mis à part ce côté religieux, ces traductions procèdent de la politique de sauvegarde et de promotion des langues locales congolaises. Le vili est une langue bantoue parlée par quelque cent mille locuteurs établis au Congo-Brazzaville, en RD Congo, en Angola et au Gabon. Au Congo-Brazzaville, on trouve les Vilis dans le Département du Kouilou, notamment le long des quelque 170 kilomètres de la plaine côtière.

John NDINGA-NGOMA