Opposition parlementaire et extra-parlementaire

Qui de Pascal Tsaty-Mabiala et Pascal Ngouanou sera chef de l’opposition politique?

Les élections législatives ont aussi pour enjeu de désigner le chef de l’opposition politique, conformément à la loi n°28-2017 du 7 juillet 2017 déterminant le statut de l’opposition politique. Le deuxième tour des élections législatives, qui s’est déroulé dimanche 31 juillet 2022, va permettre de désigner le futur chef de l’opposition politique, entre les deux partis de l’opposition capables d’avoir le plus grand nombre de députés, à savoir l’U.pa.d.s (Union panafricaine pour la démocratie sociale) de Pascal Tsaty-Mabiala et l’U.d.h-Yuki (Union des démocrates humanistes) de Pascal Ngouanou.

Le premier secrétaire de l’U.pa.d.s, Pascal Tsaty-Mabiala, pourra-t-il garder son fauteuil de chef de l’opposition politique, à l’issue du deuxième tour des élections législatives? En tout cas, il a un challenger et pas des moindres: l’U.d.h-Yuki, le parti créé par feu Guy-Brice Parfait Kolélas et dirigé aujourd’hui par Pascal Ngouanou.

La loi n°28-2017 du 7 juillet 2017 indique que «l’opposition est constituée par l’ensemble des partis et/ou groupements politiques ne soutenant pas l’action du gouvernement». Elle «est parlementaire et extra-parlementaire» et «participe à l’animation de la vie politique nationale». Les deux partis, l’U.pa.d.s et l’U.d.h-Yuki, qui sont en voie d’obtenir le plus grand nombre de députés, après le parti de la majorité présidentielle, le P.c.t (Parti congolais du travail), rentrent bien dans cette définition.

En ce qui concerne la désignation du chef de l’opposition politique, la loi précise, à son article 11, que «le chef de l’opposition politique est le premier responsable du parti politique ayant obtenu le plus grand nombre d’élus à l’Assemblée nationale, après le parti ou le groupement politique de la majorité. En cas d’égalité de sièges entre deux partis de l’opposition, le chef de l’opposition politique est le premier responsable du parti politique ayant obtenu le plus grand nombre des suffrages de leurs élus, à l’issue des dernières élections».

Donc, le chef de l’opposition politique est le chef du parti qui a le plus grand nombre de députés ou, en cas d’égalité entre deux partis, celui qui a le plus grand nombre de suffrages obtenus par ses députés. A l’issue du premier tour qui s’est déroulé le 10 juillet dernier, la situation entre les deux partis se présente comme suit:

– l’U.pa.d.s a obtenu 4 sièges dont deux dans le Niari et deux dans la Bouenza. Pour le deuxième tour, le parti de feu le Président Pascal Lissouba a 5 ballotages dont 3 favorables à Madingou commune (Bouenza), Bambama (Lékoumou) et à Kibangou (Niari);

– l’U.d.h.-Yuki a obtenu 3 sièges dont 2 à Brazzaville et 1 dans le Pool. Pour le deuxième tour, Yuki a 7 ballotages dont 5 favorables à Makélékélé 1, 2 et 4, à Mfilou 1 (Brazzaville) et à Vindza (Pool).

L’U.d.h.-Yuki semble avoir un léger avantage à l’issue du premier tour, mais quoiqu’il en soit, il faut attendre l’issue du deuxième tour pour être fixé sur le futur occupant du fauteuil de chef de l’opposition politique au Congo.

Urbain NZABANI