Dans le cadre de l’appropriation des outils de planification opérationnels et réglementaires par les parties prenantes, il s’est tenu le jeudi 23 septembre 2021, à l’Hôtel Léger, à Brazzaville, un atelier de validation technique de l’avant-projet du plan local d’urbanisme de la ville de Brazzaville. Présidée par Alain Alfred Eleli, coordonnateur du Projet Durquap (Projet de développement urbain et de restructuration des quartiers précaires), la cérémonie de présentation de ce plan s’est tenue en présence de nombreux invités, notamment des experts consultants du Groupement Urban-Cap consultants-Afric urba.

Financé par la Banque mondiale, en partenariat avec le gouvernement congolais, le plan local d’urbanisme dont l’atelier de validation de l’avant-projet technique a été ouvert par Alain Alfred Eleli, au nom du Ministère de l’aménagement du territoire, des infrastructures et de l’entretien routier, définira les objectifs qui permettront d’anticiper les besoins futurs et d’intégrer une vision plus large en matière de politique publique répondant aux enjeux de cohésion sociale, de compétitivité économique et de développement durable.
Au cours de cet atelier, une présentation du schéma directeur du plan local d’urbanisme a été faite aux participants dans une série d’exposés animés par des experts. Ce schéma obéit à plusieurs règles comme la hauteur des constructions dont le but est d’influer sur la densité des parcelles.
Les objectifs principaux du plan local d’urbanisme sont: le renforcement de la délivrance des permis de lotir qui doit se faire dans le cadre d’un plan d’urbanisme; la protection des domaines de l’Etat; la prévision des futures infrastructures. La cartographie du plan local d’urbanisme permettra l’élaboration des plans de lotissements, de procédure cadastrale et de gestion foncière.
Selon Antoine Beli Bokolojoué, consultant au Projet Durquap et également président du Cap consultant, le plan local d’urbanisme dont la durée varie entre 15 et 30 ans, est un outil de planification stratégique très important pour notre pays, parce qu’il donne des orientations pour l’aménagement futur de nos villes.
Par ailleurs, le plan local d’urbanisme repose sur l’aménagement des voiries et réseaux divers, des équipements socio-collectifs, des besoins en surface foncière pour l’équipement public de proximité, soit un pourcentage de 10% et sur une rétrocession du domaine public, soit 25%. De même, la réalisation du plan local d’urbanisme sera appuyée par des mesures d’accompagnement comme le renforcement du contrôle sur les permis de lotir.
Clôturant les travaux de cet atelier, Alain Alfred Eleli a félicité les participants pour la bonne tenue de ces assises, avant de demander «aux consultants et à toutes les parties prenantes de continuer à améliorer cette réflexion dont les résultats finaux seront salutaires pour notre pays, en général, et pour notre ville-capitale, en particulier».
L’atelier a donc approuvé l’avant-projet du plan local d’urbanisme qui servira de repère pour élaborer un plan de transport, de circulation et de mobilité urbaine proprement dit; pour mettre en place une politique de gestion des déchets et actualiser le schéma directeur du drainage des eaux pluviales et de stabilisation des sols auxquels est confrontée la ville de Brazzaville.

Roland KOULOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici