22.2 C
Brazzaville
lun 4 juillet 2022
spot_img
AccueilActualitéPrésidence de la République : Conseiller spécial du Chef de l’Etat, Lucien...

Présidence de la République : Conseiller spécial du Chef de l’Etat, Lucien Ebata mis en examen à Paris

L’affaire s’est d’abord ébruitée dans les réseaux sociaux. C’est le quotidien d’informations en ligne, «Africa intelligence», publié à Paris (France), par la société de presse indépendante, «Indingo publications», qui a donné l’information sous forme d’alerte, mercredi 6 octobre 2021: «Le négociant pétrolier Lucien Ebata a été appréhendé par les douanes françaises dans la matinée du 6 octobre, à l’Aéroport du Bourget, en possession d’une importante somme d’argent, et placé en garde-à-vue». Le lendemain, on apprenait qu’il s’agirait d’une somme de 500 mille euros en liquidité qu’il n’aurait pas déclaré en douane. Et ce n’est pas la première fois que le conseiller spécial homme d’affaires s’est fait prendre en possession d’argent liquide dépassant le seuil autorisé.

Dans une note datée du 5 octobre 2021 et adressée au Ministère français des affaires étrangères, l’Ambassade du Congo en France explique que Lucien Ebata, conseiller spécial du Président de la République du Congo, président de la commission chargée des négociations avec le Fonds monétaire international, titulaire d’un passeport diplomatique et d’un ordre de mission signé par le Chef de l’Etat, était en transit à Paris, pour la Suisse. «Il a choisi de répondre volontairement, ce mardi 5 octobre 2021, à une convocation du juge d’instruction, dans le cadre d’une procédure ouverte à son encontre, par respect de l’institution judiciaire française. Le juge d’instruction a décidé de garder à vue M. Ebata».
D’après les explications de l’Ambassade du Congo à Paris, il ne s’agit pas d’une interpellation par les douanes françaises. Mais, d’une convocation du juge d’instruction à laquelle le conseiller spécial du Chef de l’Etat a répondu, pendant son transit dans la capitale française. La diplomatie congolaise a plaidé sa cause, en s’appuyant sur son immunité fonctionnelle et sur la volonté de l’intéressé de répondre à toutes les sollicitations de la justice française.
Conseiller spécial du Président de la République, Lucien Ebata (52 ans), est aussi homme d’affaires, à la tête de la société de trading pétrolier «Orion oil», qui a son siège en Suisse et dont l’essentiel des activités est basé à Kinshasa, en RD Congo. Il est aussi l’éditeur du magazine «Forbes Afrique». En 2021, il était déjà interpellé par les douanes françaises, à l’Aéroport de Roissy-Charles-De-Gaulle, avec plus de 180 mille euros en espèce. «Certains de mes clients pour l’Afrique me règle cash, car les virements prennent du temps», avait-il expliqué aux enquêteurs français. Il avait été relâché.
Au fait, selon la presse helvétique, l’homme d’affaires congolais faisait l’objet d’une enquête de la police judiciaire fédérale suisse depuis 2015 et les éléments de cette enquête avaient été remis à la police française en janvier dernier. Dès lors, savait-il qu’il était surveillé en France? Après les 48 heures de sa garde-à-vue, Lucien Ebata a été mis en examen par un juge d’instruction pour chefs d’inculpation: «manquement à l’obligation de déclaration de capitaux, blanchiment d’argent et corruption active».
Son avocat a démenti les faits. Selon lui, son client n’a été intercepté par la police qu’une fois avec une somme de 30 mille euros non-déclarée. Il n’a pas été interpellé à l’Aéroport du Bourget, mais qu’il s’était lui-même rendu, le mardi 5 octobre, à la convocation du juge d’instruction. Il est ressorti libre, après sa mise en examen, et il ne lui est pas interdit de quitter le territoire français, ayant donné les garanties de répondre, à chaque fois aux convocations du juge d’instruction. Mais, l’on sait que dans ce genre d’affaires, la bataille de la communication fait rage.

Jean-Clotaire DIATOU

AUTRES ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

derniers articles

Commentaire