Le C.a.d (Centre d’action pour le développement) dans son combat pour le respect des droits de l’homme, a institué un concours de slam, dénommé «Voix libres». La soirée relative à la première édition de ce concours, qui a mis en compétition onze jeunes slameurs dont deux filles, s’est tenue le samedi 9 juillet 2022, au Centre culturel Zola, à Moungali, le 4ème arrondissement de Brazzaville. Le trophée a été remporté par l’artiste Arthur-Victoire Mieré Osias dit Hyperbole.

Sous la modération d’Albert Tang, la premiere édition du concours «Voix libres» a vibré au rythme du slam pendant plus de trois heures, dans une ambiance festive. C’était en présence du directeur exécutif du C.a.d, Trésor Nzila Kendet, des membres de son O.n.g et des passionnés du slam. Devant les trois membres du jury, les candidats ont tour-à-tour impressionné le public, à travers des textes très profonds, abordant plusieurs thématiques, notamment l’emprisonnement des dirigeants politiques, l’importance de la femme dans la société, etc.
Pour Trésor Nzila Kendet, ce concours met en exergue la problématique des libertés et des droits de l’homme dans le monde. «Il y a des centaines de personnes qui sont en prison, parce qu’ils ont voulu défendre une cause telle que la liberté de la presse, la démocratie ainsi que les droits fondamentaux. A cause de cet activisme, ils ont été victimes de l’arbitraire, de l’intolérance et sont aujourd’hui en prison, harcelées et intimidées», a-t-il affirmé.
Le Congo est également compté parmi les pays où il y a des atteintes aux droits fondamentaux des citoyens. «Nous avons des acteurs politiques qui sont en prison, parce qu’ils ont cru en la démocratie, à l’alternance démocratique et ont été accusés d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat. Nous croyons que l’art est un outil puissant dans la lutte pour les libertés et les droits de l’homme», a-t-il conclu.
Il a donc fallu trois tours de challenge pour départager les onze candidats en lice. Sur un podium classique, chacun a exprimé son talent et son savoir-faire. Le choix a finalement été porté sur l’artiste Hyperbole. Dans son texte de slam «Soyez notre témoin», il a pris position pour les sans-voix, et s’est dit heureux de cette distinction. «En participant à cette compétition, j’ai compris qu’il y’a beaucoup de personnes qui méritent d’être défendues, après avoir été dans les oubliettes». Ce concours, qui va se pérenniser avec d’autres éditions à l’avenir, s’inscrit dans le cadre «des stratégies du C.a.d qui entend mettre à profit l’art au service des droits humains et de la société».

Roland KOULOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici