Sélectionner une page

Premier congrès extraordinaire de l’O.f.c (Organisation des femmes du Congo) : Inès Bertille Nefer Ingani élue secrétaire exécutive pour un mandat de trois ans

Premier congrès extraordinaire de l’O.f.c (Organisation des femmes du Congo) : Inès Bertille Nefer Ingani élue secrétaire exécutive pour un mandat de trois ans

L’O.f.c (Organisation des femmes du Congo) a tenu, du 7 au 8 novembre 2020, au Palais des congrès, à Brazzaville, son premier congrès extraordinaire sous le thème: «Femmes du Congo engageons-nous résolument pour la mutation de l’organisation unique des femmes du P.c.t en union catégorielle socle de la promotion de la femme et de sa contribution au développement national pour l’édification d’un Congo paritaire moderne et prospère». Ce congrès, qui est la concrétisation de l’une des recommandations du 5ème congrès ordinaire du P.c.t tenu en décembre 2019, a permis de renouveler les instances de cette organisation affiliée au P.c.t. Ainsi, Inès Bertille Nefer Ingani, ancienne ministre en charge de la promotion de la femme et actuelle députée élue à Moungali, a été portée à la tête de l’O.f.c, comme secrétaire exécutive, pour un mandat de trois ans, succédant à Mme Jeanne Dambenzet, ambassadrice du Congo.

Pierre Moussa remettant le symbole de l’O.f.c. à Mme Ingani.

Après la F.m.c (Force montante congolaise), l’O.f.c a tenu son congrès pour renouveler ses instances dirigeantes et réviser ses textes fondamentaux.
Les cérémonies d’ouverture et de clôture se sont déroulées sous le patronage de Pierre Moussa, secrétaire général du P.c.t, en présence des membres du secrétariat permanent du parti et du premier secrétaire de la F.m.c (Force montante congolaise), Vadim Osdet Mvouba.
A l’issue des travaux, un conseil central de 301 membres et un secrétariat permanent de 13 membres, dirigé par Inès Bertille Nefer Ingani, élue au poste de secrétaire exécutive, ont été mis en place. Sans oublier la Commission nationale de contrôle et d’évaluation de O.f.c présidée par Mme Lucile Oba Sauthat.
Quatre discours ont ponctué la cérémonie d’ouverture.
Mme Antoinette Kébi, secrétaire à l’organisation et à la mobilisation, assurant l’intérim de Mme Jeanne Dambendzet, la secrétaire exécutive sortante, a fait l’historique de l’action des femmes en politique depuis 1965, date à laquelle l’U.r.f.c (Union révolutionnaire des femmes du Congo) fut créée. Mme Blandine Malila, directrice de cabinet de la Première dame, a lu le message de cette dernière aux congressistes de l’O.f.c. «Toutes mes pensées vont vers vous et je suis convaincue que la moisson de vos assises sera abondante. La bataille pour la parité reste d’actualité», a-t-elle précisé.
Mme Esther Ahissou Gayama, secrétaire permanente, chargée des questions du genre et présidente de la commission d’organisation de ce congrès, a fait savoir que «l’engouement suscité par ces assises constitue un véritable défi pour toutes les couches socioprofessionnelles et la situation socioéconomique que traverse notre pays devrait nous amener à revoir nos stratégies de mobilisation».
Selon elle, «plusieurs défis sont à relever pour opérationnaliser O.f.c». Allusion faite à la redynamisation et la restructuration de l’unique organisation féminine affiliée au P.c.t et l’élection présidentielle.

La nouvelle secrétaire exécutive brandissant l’étendard de l’O.f.c.

Dans son discours d’orientation, Pierre Moussa a évoqué les efforts de son parti à accorder toute sa place à la femme congolaise.
Le P.c.t, sous l’orientation stratégique du Président Denis Sassou-Nguesso, «place la femme au premier plan», a-t-il souligné. Il les a encouragées dans leur engagement politique. «Le P.c.t est le centre de gravité de la vie politique nationale. Pour cela, il doit rayonner. C’est dans cette optique que vous devez mener vos actions. Mais, cela exige des efforts conséquents dont le point d’ancrage est l’égalité des femmes et des hommes. L’O.f.c doit être la championne dans les résolutions des problèmes des femmes», a-t-il déclaré.
Au terme de leurs travaux, les congressistes venus des douze départements ont pris des motions et des recommandations dans le sens de soutenir le Président Denis Sassou-Nguesso à l’élection présidentielle de 2021.
Pour accompagner le travail sur le terrain, les douze délégations ont cotisé un montant de quatorze millions cent cinq milles francs Cfa. Elles demandent, par ailleurs, au gouvernement de rendre effective la loi sur la parité.
A la clôture, la nouvelle secrétaire exécutive de l’O.f.c a presque lancé un mot d’ordre de mobilisation. «Nous nous rangeons derrière la candidature du camarade Denis Sassou-Nguesso, président du Comité central», a-t-elle indiqué. «Ce travail se fera dans la discipline et la rigueur pour donner à notre champion les chances d’être élu dès le premier tour», a-t-elle souligné.
Clôturant les travaux du premier congrès de O.f.c, Pierre Moussa s’est engagé à veiller sur la bonne marche des unions catégorielles, notamment la F.m.c et l’O.f.c, deux structures liées à l’action au quotidien pour rayonner et faire vivre le parti à tous les niveaux.
«Chères camarades, vous réussirez dans l’ordre et la discipline. Le travail est abondant, mettez-y le cœur. Parce que le Président de la République a donné la chance aux femmes de se réaliser. En témoigne la mise en place du Conseil consultatif des femmes», a-t-il déclaré. Avant d’exhorter les camarades promues dans les instances dirigeantes à la cohésion et à la discipline, afin d’atteindre les objectifs fixés par le congrès.

Chrysostome
FOUCK ZONZEKA

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.
close
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.

A propos de l'auteur

l'horizonafricain

L'horizon Africain, un journal d'information paraissant au Congo Brazzaville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

03 décembre 2020, 10: 58

L’editorial de la redaction

LES CÔTÉS AMERS DE LA DÉMOCRATIE!

Des milliers de supporters du Président Donald Trump ont manifesté, samedi 14 novembre dernier, à Washington, pour protester, une fois de plus, contre la présumée «fraude électorale» qui aurait privé leur champion de sa victoire à l’élection présidentielle du 3 novembre. Ils sont allés manifester leur colère jusque devant la Cour suprême des Etats-Unis, dans le quartier du Capitol Hill, comme pour appuyer les recours en justice introduits par les avocats du Président Trump. C’est la démocratie, peut-on dire! Mais, la démocratie a ses côtés amers et on l’oublie souvent.

Lire la suite

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 2
  • 2 550
  • 26 novembre 2020

Votre météo

booked.net