22.2 C
Brazzaville
sam 3 décembre 2022
spot_img
AccueilActualitéPétrole : Le prix du baril pourrait atteindre les 100 dollars Us...

Pétrole : Le prix du baril pourrait atteindre les 100 dollars Us en 2022

Depuis le début de l’année 2022, le prix du baril de pétrole poursuit sa progression en hausse, entamée à partir de 2021. Le mercredi 19 janvier 2022, le prix du baril de Brent de la mer du Nord (référence internationale) a frôlé les 90 dollars Us. Il avait atteint 89,17 dollars Us, pour la première fois depuis juillet 2014 où ce prix avait plongé, entraînant nombre de pays producteurs de pétrole dans une longue crise économique. Pour le Congo, dont l’essentiel des recettes budgétaires de l’Etat viennent du secteur pétrolier, c’est une bonne nouvelle qui signifie que le gouvernement va réaliser l’objectif budgétaire de récolter, cette année, les 1.123 milliards 500 millions de francs Cfa de recettes pétrolières, voire d’aller au-delà.

Dans le budget de l’Etat exercice 2022, le gouvernement a prévu de réaliser 1.123 milliards 500 millions de francs Cfa de recettes pétrolières (Vente des cargaisons pétrolières, recettes de la zone d’unitization, bonus pétrolier, redevance superficiaire, recettes exceptionnelles…), en estimant le prix du baril de pétrole à 55 dollars Us. Or, depuis le mois de janvier 2022, ce prix est au-delà de 70 dollars. Le baril congolais, le Djéno mélange, se vend à plus de 65 dollars depuis le deuxième trimestre 2021.
Fin janvier 2022, le prix du baril de pétrole ne cesse de poursuivre sa progression, malgré la crise sanitaire aggravée aujourd’hui par la circulation du variant Omicron. La forte demande en pétrole n’est pas compensée par une augmentation de la production des pays de l’Opep+ (Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés). L’offre étant inférieure à la demande, les prix sont influencés à la hausse.
Dans les pays dont les économies dépendent des recettes pétrolières comme le Congo, on se frotte les mains. Après avoir souffert de la chute des prix du pétrole à partir de juin 2014, il y a un peu plus d’argent qui va tomber dans les caisses de l’Etat, à partir de janvier 2022. Et pour le Congo, qui vient d’obtenir l’accord du conseil d’administration du F.m.i (Fonds monétaire international), pour une Fec (Facilité élargie de crédit) destinée à financer un programme triennal de redressement économique (2022-2024), les conditions de la relance économique, après pratiquement 6 ans de récession, sont plus que jamais réunies.
Encore faut-il que la gestion publique intègre les bonnes pratiques favorisant la réalisation des réformes. Encore faut-il aussi que le gouvernement mette l’accent dans le remboursement des dettes intérieures, sociales et commerciales. Car, la relance et la croissance économiques ne peuvent être bénéfiques à tous que dans le contexte d’une politique économique distributive. Les grands investissements dans les infrastructures sont, en effet, privatifs de l’économie locale, par leurs entreprises étrangères et les paiements par virements à l’international.
Il est clair aussi qu’avec l’augmentation du prix du baril de pétrole, le gouvernement pourra facilement combler le déficit prévisionnel des ressources de financement et de trésorerie qui est de 607 milliards 874 millions de francs Cfa. Histoire de dire que le budget de l’Etat exercice 2022 pourra connaître un collectif budgétaire pour le rééquilibrer. 2022 est alors l’année de sortie de la crise économique, si une bonne gouvernance financière s’ensuit.

Jean-Claude DIATOU

AUTRES ARTICLES

derniers articles

Commentaire

Davidtom on Football
Joshuadrymn on
Joshuadrymn on Football