Le P.r.i.s.p (Projet des réformes intégrées du secteur public), en partenariat avec le Ministère de la fonction publique, du travail et de la sécurité sociale, a organisé, du 22 au 25 mai 2022, au Centre de conférences de Kintélé, un atelier de mutualisation des plateformes dans le cadre de l’enrôlement biométrique des agents civils de l’Etat, des enseignants bénévoles, prestataires et finalistes de l’enseignement. Ouvert par Christian Aboké-Ndza, directeur de cabinet du ministre de la fonction publique, l’atelier du P.r.i.s.p a permis d’analyser la comptabilité des deux plateformes (Ministère des finances, à travers le N.i.u (Numéro d’identification unique) et Ministère de l’enseignement général), de définir l’exportation des données, d’évaluer l’interopérabilité des deux systèmes, de faire la revue des fiches d’enrôlement biométrique et de réviser la feuille de route. «Ainsi, seront explorées, identifiées et mises en place toutes les synergies possibles aux fins de la faisabilité de l’opération d’enrôlement biométrique tant attendue», a rappelé le directeur de cabinet du ministre de la fonction publique.
Pour rappel, le gouvernement, à travers le Ministère de la fonction publique, avait réalisé un recensement physique des agents civils de l’Etat, sur le territoire national et dans les missions diplomatiques et consulaires du Congo. Cette opération avait pour objectifs, entre autres, d’assurer la maîtrise de la masse salariale, des effectifs des agents civils de l’Etat, en vue d’assurer la rationalisation des profils et une meilleure répartition technique et géographique du personnel, afin de promouvoir un service public de qualité, des statistiques des agents civils de l’Etat, afin de donner au gouvernement des outils utiles à la gestion du personnel et d’améliorer l’efficacité de son action.
Au lancement officiel dudit recensement en octobre 2016, le nombre des agents civils de l’Etat était de 71.548. A l’issue de l’opération, 64.157 agents civils de l’Etat ont été dénombrés. Avec des départs à la retraite pour une moyenne annuelle de 3.000 agents, nonobstant le recrutement opéré en 2019 et ceux en cours des années 2020 et 2021 dont les effectifs n’ont pas encore intégré la base de données du Ministère de la fonction publique, l’effectif des agents, au 2 janvier 2021, était de 54.310 agents.
De même, faut-il relever que du 19 au 23 octobre 2021, à Kintélé, le Ministère de la fonction publique, avec l’appui du P.r.i.s.p, organisait un atelier relatif à la faisabilité de l’enrôlement biométrique des agents civils de l’Etat à travers le N.i.u. «Dans l’optique de prendre en compte le souhait exprimé par le Ministère de l’enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’alphabétisation, le gouvernement souhaite mutualiser les différentes plateformes d’enrôlement biométrique (Ministère des finances et du budget, le N.i.u: numéro d’identification unique, le Ministère de l’enseignement préscolaire…), afin d’accélérer la mise en œuvre des réformes en matière des finances publiques, notamment dans la maîtrise des effectifs des agents civils de l’Etat et par conséquent celle de la masse salariale», a dit Christian Aboké-Ndza.

U.N

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici