Le P.d.c.e (Projet de développement des compétences pour l’employabilité), sous tutelle du Ministère de l’enseignement technique et professionnel, a organisé, lundi 27 septembre 2021, à l’Hôtel Radisson blu à Brazzaville, un atelier de validation du cadre national de certification professionnelle. Ouvert par Thierry Ghislain Maguessa Ebomé, ministre de l’enseignement technique et professionnel, cet atelier a connu la participation des parties prenantes, à savoir pouvoirs publics, secteur privé et société civile.

Le cadre de certification professionnelle, précédé par la validation du rapport sur les métiers au Congo, permettra d’harmoniser la certification des parcours qualifiants, dont ceux relatifs aux formations de courte durée, mis en œuvre dans le cadre du P.d.c.e, en vue de mieux répondre à la problématique de la certification des compétences et des qualifications des jeunes. Il vise à encadrer un secteur dont la multitude des acteurs et les outils utilisés ne pouvaient pas faciliter l’accès à l’emploi et la mobilité professionnelle aux jeunes sortis de ce système.
Cette disposition fait obligation à l’ensemble des acteurs du secteur de se conformer aux exigences édictées par le Ministère de l’enseignement technique pour prétendre bénéficier de ce dispositif. Seules, les formations obéissant à ce dispositif pourront être certifiées et reconnues par l’Etat, tout en permettant leur comparabilité avec les cadres nationaux des autres pays.
Pour son élaboration, le Ministère de l’enseignement technique et professionnel a bénéficié de l’assistance technique du cabinet international, Expertise France, de l’A.f.d (Agence française de développement), spécialisé en ingénierie de formation professionnelle.
A travers ce dispositif, a précisé le coordonnateur du P.d.c.e, Auxence Léonard Okombi, le projet voudrait élargir le champ de la consultation sur la question essentielle de la certification professionnelle et apporter sa contribution à la reforme du sous-secteur de l’enseignement technique.
Louant l’aboutissement du processus de validation de ce cadre, le ministre Maguessa Ebomé, estime que celui-ci permettra de poser les jalons de la refondation globale et progressive du système de formation professionnelle et qualifiante, grâce au partenariat technique et financier de la Banque mondiale, à travers le P.d.c.e. «Cet outil important nous permettra, à court et à moyen terme, de briser le mythe du diplôme, en construisant, avec intelligence, une relation progressive avec le monde de l’emploi…», a dit le ministre de l’enseignement technique et professionnel.
Notons que le P.d.c.e est cofinancé par la Banque mondiale et le Congo, depuis 2014. Le projet a bénéficié d’un financement additionnel de la Banque de plus de 8 millions de francs Cfa. Ce financement contribuera à poursuivre les activités de formation des jeunes et va favoriser leur insertion sur le marché du travail.

Urbain NZABANI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici