Sélectionner une page

P.c.t (Parti congolais du travail) : Pierre Moussa pour «une élection libre, saine, loyale et pacifique» en 2021

P.c.t (Parti congolais du travail) : Pierre Moussa pour «une élection libre, saine, loyale et pacifique» en 2021

Le nouveau secrétaire du P.c.t (Parti congolais du travail) entend poursuivre l’œuvre amorcée par son prédécesseur, Pierre Ngolo, qui a passé huit ans à la tête du secrétariat permanent. Pierre Moussa l’a fait savoir lundi 13 janvier 2020, au cours de la cérémonie de passation de service qui s’est déroulée à la permanence du parti, en présence de Serge Michel Odzocki, président de la Commission nationale de contrôle et d’évaluation, sans oublier les responsables des partis membres de la Majorité présidentielle et des cadres et militants venus nombreux pour témoigner leur soutien au nouveau secrétaire général.

Plusieurs dossiers sont sur la table du nouveau secrétaire général, entre autres: les travaux de finalisation du siège national du parti; le renforcement des liens avec les partis alliés; l’élection présidentielle de 2021; la restructuration des structures du parti… Pierre Moussa prône le changement dans la continuité. Il a reconnu que son prédécesseur a fait un travail impressionnant avec les résultats qui en découlent, dans un contexte devenu difficile progressivement, quand on pense à la crise du Pool par exemple, à la crise économique ou à l’adversité très hostile de ses détracteurs. «Ayant suivi le congrès de bout en bout, ayant suivi le message du président du comité central du parti, je me rends compte que ce qui se fait aujourd’hui, on peut l’appeler changement dans la continuité ou continuité dans le changement. Donc, en réalité, c’est presque une permanence avec des figures différentes qui continue», a souligné Pierre Moussa.
Le nouveau secrétaire général est revenu sur les conclusions du cinquième congrès ordinaire pour rappeler aux cadres et militants à tous les niveaux (fédérations, comités, sections, sous-sections et zones) que la priorité des priorités de la feuille de route du parti reste l’agenda 2021, notamment l’élection présidentielle. «Il faut que, très tôt, les troupes se mettent en ordre de bataille, parce que le combat principal que nous allons avoir, dès maintenant, c’est l’élection présidentielle de 2021. Pour ce faire, nous devons faire passer notre candidat de façon saine. Ce sera une compétition électorale libre, saine, loyale et pacifique, qui va se dérouler entre citoyens congolais», a-t-il renchéri.
Pour atteindre cet objectif, Pierre Moussa, qui est devenu aussi nouveau président par intérim de la Majorité présidentielle, met un accent particulier sur l’unité et la discipline au sein du parti. Car, estime-t-il, ces deux mots sont la pierre angulaire, le socle sur lequel vont être bâties les victoires de demain.
Parlant du travail de son prédécesseur, il a loué ses qualités. «Vous n’avez pas démérité, bien au contraire! C’est pour cela que votre contribution sera toujours requise en permanence dans ces lieux et vous serez toujours attendu, sollicité, sur-sollicité, parce qu’aujourd’hui, vous êtes quand même l’un des plus grands experts dans le pilotage du parti. Cette expertise, je vais la recueillir de façon permanente», a-t-il signifié. 
Quant à Pierre Ngolo, il a confié, avec un cœur serein, pour le devoir bien accompli peut-on dire, les responsabilités à son successeur, dans «l’animation et la gestion du parti, dans un contexte difficile qui appelle les cadres et membres à se lever dans l’unité et la tolérance. Travailler pour relever les grands défis. La situation nationale n’est pas de nature à faciliter la tâche. Mais, nous savons quelle est votre posture. Plein succès et bon vent», lui a-t-il souhaité, comme pour le rassurer de son entière disponibilité à servir le parti.
Il faut dire que ce changement à la tête du secrétariat permanent du P.c.t a été très difficilement négocié lors du congrès. Le dernier jour, les congressistes avaient attendu jusqu’au milieu de la nuit, pour connaître le nom du successeur de Pierre Ngolo. Celui-ci pensait aussi renouveler son mandat, mais le principe du non-cumul de fonctions a joué en sa défaveur.

Chrysostome FOUCK ZONZEKA

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

25 octobre 2020, 01: 03

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 1
  • 18
  • 1 628
  • 3 801
  • 488
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net