Sélectionner une page

P.c.t (Parti congolais du travail) : Les cadres doivent investir les médias avec conviction

P.c.t (Parti congolais du travail) : Les cadres doivent investir les médias avec conviction

A l’occasion de la deuxième réunion ordinaire du Bureau politique tenue le dimanche 30 août 2020, dans la salle des conférences internationales du Palais des congrès à Brazzaville, le secrétaire général Pierre Moussa a encouragé les cadres de son parti à «investir les médias avec conviction», pour bien expliquer les questions nationales suivant la lecture du parti. Il l’avait dit dans son allocution d’ouverture de la réunion du Bureau politique.

Vous pouvez maintenant télécharger gratuitement toutes nos éditions au Format Pdf dans le menu Archives Pdf qui se trouve sur la barre latérale droite de notre site internet.

Avec le déconfinement graduel et au regard de la reprise progressive des activités politiques, Pierre Moussa veut voir les cadres de son parti au front médiatique, pour réagir à «l’agressivité accrue» des adversaires. «Devant l’agressivité et le mensonge accru de l’adversaire, le P.c.t doit réagir par des campagnes d’explications convaincantes, au sein de notre peuple et de la communauté internationale. Les membres du Bureau politique et du Comité central doivent, donc, investir les fronts médiatiques, avec conviction, modestie, courtoisie et le sens de l’unité nationale qui est notre lien, notre ciment commun», a-t-il déclaré.
Pour lui, le contexte s’y prête, dorénavant. «Maintenant que le confinement s’est allégé, le travail en cours, portant sur la restructuration des fédérations, des unions catégorielles ainsi que le renforcement des liens avec le monde du travail, le monde associatif, va s’accélérer et s’intensifier au cours des prochains mois», a-t-il poursuivi. Pour lui, si les cadres du parti n’investissent pas les médias nationaux et internationaux pour expliquer les enjeux politiques du moment, couplés à la crise financière et sanitaire, le parti peut prendre des coups. Donc, «les camarades», insiste-t-il, doivent investir les médias, avec conviction. Autrement dit, celui qui doit prendre la parole dans un média, doit être capable de convaincre et sûr des propos qu’il développe. Son intervention ne doit pas desservir leur candidat, mais plutôt, lui apporter un avantage de plus.
Dans cet exercice de prise de parole, Pierre Moussa appelle les «camarades du parti» à faire preuve de qualités et de bon sens, pour réussir cette mission. Il reconnaît que «chaque jour qui passe, le temps nous rapproche d’un rendez-vous politique majeur, à savoir: l’élection présidentielle de 2021».
Par ailleurs, le secrétaire général Pierre Moussa est bien conscient que pour réussir l’agenda 2021, il faut poursuivre le travail sur la restructuration des neuf autres départements restants. Le grand travail doit se faire en direction des unions catégorielles: les femmes, les jeunes, les mutuelles et autres groupements d’intérêts communautaires, afin de se mettre au pas, tout en renforçant également les liens avec les institutions de la République, en vue de conformer le programme d’activités de ces institutions avec le programme du parti, qui doit être la source d’inspiration principale de l’action publique, tel est le souhait de Pierre Moussa. C’est aussi l’objectif qu’il s’est assigné au sortir du 5ème congrès ordinaire tenu du 27 au 30 décembre 2019, à Kintélé.
Le secrétaire général du P.c.t souhaite qu’un travail de fond se fasse «dans l’unité, la cohésion et la discipline, à la fois pour affermir notre organisation, aiguiser notre détermination et renforcer nos moyens d’action et offrir à notre candidat déjà désigné, le camarade Président Denis Sassou-Nguesso, une victoire claire à l’issue de cette consultation électorale.»
En tout cas, c’est un appel clair en direction des cadres du P.c.t.

Chrysostome
FOUCK ZONZEKA

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

25 octobre 2020, 01: 12

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 1
  • 18
  • 1 628
  • 3 801
  • 488
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net