19.2 C
Brazzaville
jeu 7 juillet 2022
spot_img
AccueilActualitéP.c.p.a Congo (Programme concerté pluri-acteurs) : Brazzaville a clôturé le processus des...

P.c.p.a Congo (Programme concerté pluri-acteurs) : Brazzaville a clôturé le processus des assemblées plénières locales

Le P.c.p.a Congo (Programme concerté pluri-acteurs) a clôturé ses assemblées plénières locales, par Brazzaville. L’idée principale issue de ces assemblées plénières, qui se sont tenues dans les départements où le programme est implanté, est qu’une nouvelle structure de la société civile sera créée pour remplacer le P.c.p.a qui s’achève définitivement le 30 juin 2022, au Congo.

A Brazzaville, les membres du P.c.p.a ont tenu leur assemblée plénière, du 12 au 13 avril 2022, dans la salle Guy Roger Akouli, du Forum des jeunes entreprises du Congo, à Bacongo. Ouverts par Aimé Blaise Nitoumbi, directeur général du partenariat au développement, au Ministère en charge de l’économie et du plan, les travaux ont connu la participation d’une cinquantaine de représentants des organisations de la société civile membres. C’était en présence de Mme Léa Tardieu, la chargée de mission société civile près de l’ambassade de France, Mme Olga Mireille Kabanabandza, coordonnatrice de la Cellule exécutive du P.c.p.a Congo et Blanchard Ngouala, co-président du Comité de pilotage du programme, qui a aussi présidé la cérémonie de clôture.
Au cours des travaux, les membres du P.c.p.a ont été informés de la clôture définitive du programme. Ils ont suivi un documentaire vidéo faisant le bilan du programme, notamment les réalisations faites à travers le pays, dans les domaines de l’agriculture, la défense des droits des consommateurs, l’assainissement, l’appui aux organisations non-gouvernementales, etc.
En gros, on peut dire que le P.c.p.a a imprimé auprès de la société civile congolaise, la volonté d’apprendre et de progresser ensemble par le dialogue avec les pouvoirs publics, dans la réalisation de leurs objectifs. Une série d’échanges a eu lieu avec les animateurs locaux des organisations de la société civile, en vue d’arriver à bâtir une première ossature de la nouvelle structure qui va remplacer le P.c.p.a. Des suggestions ont été faites sur la nouvelle structure, en se basant des expériences vécues. Les participants ont manifesté l’intérêt de continuer la mise en place des cadres de concertation dans le dispositif du développement local. Ils envisagent de faire des plaidoyers pour des lignes de financement adaptées. «La France s’est engagée aux côtés du P.c.p.a, depuis sa formation il y a plus de dix ans. Nous étions alors convaincus du rôle capital de ce programme et son effet d’entraînement pour une société civile congolaise forte et capable de faire entendre sa voix. Aujourd’hui, il est essentiel de capitaliser sur cette réussite et de trouver la forme que prendra l’après P.c.p.a, pour une société civile structurée, porteuse de projets et porte-voix de de la population», a déclaré Léa Tardieu à l’ouverture des travaux. «La gouvernance collective que vous avez acquise devra faire perdurer les valeurs du P.c.p.a, avec la poursuite du renforcement des organisations de la société civile et la capitalisation de l’ensemble des apprentissages reçus», a fait savoir Aimé Blaise Nitoumbi, dans son discours d’ouverture des travaux. A noter que le P.c.p.a Congo est un programme démarré en 2008. Il a eu pour ambition de renforcer la participation de la société civile à l’action publique et de consolider sa crédibilité en soutenant des dynamiques entre les organisations et en dialogue avec les pouvoirs publics.

Martin BALOUATA-MALEKA

AUTRES ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

derniers articles

Commentaire