22.2 C
Brazzaville
lun 4 juillet 2022
spot_img
AccueilActualitéNécrologie : Coussoud-Mavoungou inhumé à Bilala, après l’hommage de la République

Nécrologie : Coussoud-Mavoungou inhumé à Bilala, après l’hommage de la République

Décédé à Paris en France le 14 mars 2022, à l’âge de 62 ans révolu, des suites de maladie, l’ancien ministre Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, secrétaire permanent du Comité interministériel de l’action de l’Etat en mer et dans les eaux continentales, une structure relevant de la Primature, a été porté en terre, jeudi 31 mars, à Bilala, dans le District de Mvouti (Département du Kouilou), son fief électoral où il était député. Des hommages lui ont été rendus, mardi 29 mars, d’abord par son parti, le P.c.t (Parti congolais du travail), au siège communal de Brazzaville, au quartier Mpila, puis par la République, au Palais des congrès, sous le patronage du Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, accompagné de son épouse, Mme Antoinette.La dépouille de l’illustre disparu a été rapatriée à Brazzaville, lundi 28 mars 2022, par vol spécial, au lieu du dimanche 27 mars, par le régulier d’Air France, comme programmé. Le programme de ses obsèques a ainsi été décalé d’un jour. Le P.c.t, sous la conduite de Pierre Moussa, le secrétaire général, a rendu un vibrant hommage au membre de son Bureau politique, en présence des membres du secrétariat permanent, du comité central, de la Fédération de Brazzaville, des responsables des partis de la majorité et d’une foule de militants, dans un climat emporté par l’émotion et le chagrin.

Pendant l’hommage au siège du P.c.t.
Pendant l’hommage au siège du P.c.t.

L’oraison funèbre était présentée par Victor Foudi, président de la Fédération P.c.t de Pointe-Noire, qui a déclaré que Martin Parfait Aimé Coussoud Mavoungou «a courageusement maintenu haut l’endurance, l’abnégation et la pugnacité dans l’accomplissement de son devoir, malgré les péripéties de ces derniers jours», avant d’évoquer sa biographie, en parlant «d’une carrière administrative accomplie» et en rappelant les postes administratifs qu’il a occupés entre autres, jusqu’à sa nomination au gouvernement où il a dirigé successivement quatre ministères. Au plan littéraire, il est auteur de deux ouvrages: «Le Congo et l’Agence internationale de l’énergie atomique»; «Pour une marine marchande au service du développement». Il laisse deux veuves et neuf orphelins.
A l’hommage officiel au Palais des congrès, devant le couple présidentiel, les membres du gouvernement, les présidents des institutions constitutionnelles, de quelques parlementaires, etc, l’oraison funèbre était lue par le ministre Jean-Marc Thystère-Tchicaya, alors que le ministre d’Etat Florent Ntsiba a rendu public le texte écrit par le Chef de l’Etat dans le livre des condoléances. Le corps de l’ancien ministre a été, ensuite, acheminé, par avion, à Pointe-Noire, où une veillée mortuaire a eu lieu, au domicile du disparu, au quartier Tchimbamba. Après une cérémonie d’hommage au siège fédéral du P.c.t à Pointe-Noire, mercredi 30 mars, il a été ensuite transféré, par hélicoptère, à Bilala où, après une veillée mortuaire, il a été inhumé jeudi 31 mars.

Joseph
MWISSI NKIENI

AUTRES ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

derniers articles

Commentaire