Sélectionner une page

Musique : Le chanteur Bety Taba, «BébéChinois», est décédé à Pointe-Noire

Musique : Le chanteur Bety Taba, «BébéChinois», est décédé à Pointe-Noire

Le monde musical congolais est de nouveau en deuil. Il pleure le chanteur Bety Taba, plus connu sous le pseudonyme de Bébé Chinois. L’artiste a rendu l’âme le 11 octobre dernier, à l’Hôpital Adolphe Sicé de Pointe-Noire, des suites de maladie.
Bébé Chinois marchait dans le sillage de son mentor, dont il était fan, Nkaya Mathos mwana Moukamba, l’un des plus illustres musiciens et fervent défenseur de la culture Kamba, qui a fait la pluie et le beau temps de l’Orchestre S.b.b (Super Boboto de Brazzaville). Mais, il gardait son originalité.
Admirateur de feu Anicet Charmant Rigadin Mavoungou, Bébé Chinois a brillé aussi par son altruisme et son dévouement à collaborer avec les autres. Il était engagé dans la promotion de la culture de son terroir. En 2013, il est lauréat du Prix Tam-Tam d’or, les Trophées de la musique congolaise, grâce à ses deux albums dans lesquels il a modernisé le Kodobo, danse traditionnelle de l’ethnie Kamba.
Bébé Chinois était très visible, ces derniers temps, notamment sur plusieurs chaînes de télévision brazzavilloises. Il était, récemment, en tournée promotionnelle, dans la capitale congolaise, de son nouvel album de huit chansons, «2 Rives». Que la terre lui soit légère!

C.E.

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.
close
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.

A propos de l'auteur

l'horizonafricain

L'horizon Africain, un journal d'information paraissant au Congo Brazzaville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

25 novembre 2020, 14: 38

L’editorial de la redaction

IL NE FAUT PAS PÉNALISER LES GÉNÉRATIONS FUTURES

On a hérité de la période de vaches grasses, quand les budgets de l’Etat étaient excédentaires grâce à la manne pétrolière (2004 à 2014), des habitudes qui, aujourd’hui où l’on gère les vaches maigres, risquent de pénaliser les générations futures, en raison des ardoises qu’accumule l’Etat chaque année. On pourrait alors se retrouver en porte à faux avec le principe de l’équité intergénérationelle.

Lire la suite

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 44
  • 30
  • 2 447
  • 6 297
  • 852
  • 653
  • 18 novembre 2020

Votre météo

booked.net