Les Congolais aiment leur danse, la rumba! C’est le moins qu’on puisse dire de la soirée «Rumba biyenga» organisée le vendredi 6 mai 2022, à l’I.f.c (Institut français du Congo) de Brazzaville, par la délégation de l’Union européenne en République du Congo, en partenariat avec la délégation de l’Union européenne en RD Congo, à l’occasion de l’inscription, en décembre 2021, de cette danse au patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco, et pour lancer le mois de l’Europe à Brazzaville. Malgré la crise de carburant qui sévissait dans la capitale, un public nombreux a pris d’assaut l’I.f.c, pour suivre les concerts de l’artiste kinois, Yekima de Bel Art, et du mythique Orchestre «Les Bantous de la capitale», malgré le deuil qui les frappe, avec la disparition de Ricky Siméon Malonga.Tout d’abord, il y a eu une causerie-débat, sur le thème de «l’influence de la rumba congolaise dans la société», présenté par Mme Wendy Pombia, stagiaire à la représentation de l’Union européenne au Congo. (Voir article ci-contre). Après, on est passé à la sape, c’est-à-dire à la société des ambianceurs et personnes élégantes. Le défilé des sapeurs était fait par huit sapeurs de Brazzaville et deux venus de Kinshasa. Ils ont exhibé les styles vestimentaires et leurs façons de marcher montrant l’art de bien s’habiller, les différents réglages de leurs mises, à la grande joie du public. Bref, la sapologie avec ses vêtements colorés, ses pas de danse, ses excentricités majestueuses et ses allures somptueuses a donné un accent particulier à la soirée.

Les Bantous de la capitale.
Les Bantous de la capitale.

Le public congolais a découvert aussi le slameur kinois, Yekima de Bel Art.
Surnommé «Monsieur le poésident», il a accroché le public par son talent, ses paroles et ses humours.
Côté musique, l’Orchestre «Les Bantous de la capitale» a égayé le public, malgré le deuil qui frappe ce mythique ensemble musical, avec le décès, le 1er mai 2022, de son batteur emblématique, Ricky Siméon Malonga.
L’orchestre s’est produit à ce rendez-vous, pour agrémenter et exhiber la rumba à travers la chanson et la danse. C’était aussi une manière de rendre hommage à leur ami disparu.
On peut dire que ce concert a été à la fois une célébration et un hommage à cette grande figure de la musique congolaise. La soirée a été tenue aussi en prélude de la célébration de la journée de l’Europe, le 9 mai. C’est l’ambassadeur de l’Union européenne, Giacomo Durazzo, qui a présidé cette soirée, en présence de Dieudonné Moyongo, ministre de la culture et des arts, François Barateau, ambassadeur de France et plusieurs autres personnalités dont Mme Korotoumou Ouattara, représentante de la Banque mondiale et Chris Mburu, coordonnateur résident du Système des Nations unies au Congo.

Martin BALOUATA-MALEKA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici