26.9 C
Brazzaville
ven 1 juillet 2022
spot_img
AccueilActualitéMusique : La mort a surpris le Général Defao à Douala

Musique : La mort a surpris le Général Defao à Douala

Quelques jours seulement après son inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, la rumba congolaise vient de perdre l’un de ses fervents adeptes: le chanteur, auteur-compositeur et interprète congolais (R.d.c) Défao Matumona. Ce transfuge des orchestres Grand Zaïko Wawa, Choc Stars et créateur de Big Stars a rendu l’âme le lundi 27 décembre dernier, à l’Hôpital Laquintinie de Douala, au Cameroun, des suites de covid-19. Selon certaines sources, l’artiste, âgé de 62 ans, était arrivé dans la capitale économique camerounaise, pour un spectacle privé.

François Lulendo Matumona, à l’Etat-civil, le général Defao a vu le jour le 31 décembre 1958, à Kinshasa, en RD Congo. Il y a fait ses premiers pas dans la musique en 1976, avec comme modèles, Papa Wemba, Nyoka Longo, Gina Efonge et Evoloko, quatre stars de l’Orchestre Zaïko Langa-Langa des années 70. Mais, côté chant, Defao s’identifie surtout à Tabu Ley Rochereau de l’Afrisa international.
En 1981, il a 31 ans quand il intègre l’Orchestre Grand Zaïko Wawa du virtuose guitariste Manuaku Waku qui avait quitté Zaïko Langa-Langa. Les Kinois découvrent un jeune chanteur au physique massif, mais élégant et bon danseur sur scène.
De 1983 à 1991, il fait la pluie et le beau temps du groupe Choc stars, aux côtés de Bozi Boziana, Ben Nyamabo, Debaba Mbaki, Djuna Djanana, Lassa Carlyto, etc. Fort de ce succès, il décide de voler de ses propres ailes et crée le groupe Big stars. Le succès est au rendez-vous, avec des chefs d’œuvre comme «Amour scolaire», «Pitié mon amour», «Famille Kikuta», «Amour interdit», «Sala noki», «Copinage», etc. Désormais, Defao est l’une des grandes stars de la musique kinoise. Mais en 2000, le groupe Big stars cesse d’exister. Defao s’envole pour l’Europe où il évolue en solo. Ainsi, l’aide de Nyboma, Luciana Demingongo, Wuta Mayi, Balou Canta et Déesse Mukangi, tous basés à Paris, il met sur le marché l’album «Nessy de London» qui lui permet de revenir sur le devant de la scène. Puis, vers le milieu des années 2000, il disparaît des radars. Il passe plusieurs années en Afrique de l’Est où sa situation n’est guère rose. Interdit de rentrer au pays à cause d’un malentendu avec Joseph Kabila, l’ancien Président de la RD Congo, Defao tire le diable par la queue. S’accrochant à la musique, il sort, en 2006, l’album «Nzombo le soir», puis quatre ans plus tard, «Pur encore». En 2012, suivent «Undertaker», puis «Any time», quatre années plus tard. Malheureusement, le succès n’est pas au rendez-vous.
Après 21 ans d’absence dans son pays natal, Joseph Kabila n’étant plus aux affaires, le général Défao décide de rentrer au bercail. A la grande satisfaction notamment de ses fans des deux rives du Fleuve Congo. Mais son étoile avait cessé de briller, depuis des années, sur la cène musicale. La star des années 90-2000 était devenue un «has been». Malade de temps à autre, il est annoncé mort à deux reprises. Lui-même se faisait le plaisir de démentir les fake news qui le donnaient pour mort. Mais, cette fois, c’est pour de bon. Defao n’est plus, paix à son âme!

Nana KABA

AUTRES ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

derniers articles

Commentaire