Le Ministère la santé et de la population, à travers le projet Redisse (Projet régional de surveillance épidémiologique) a organisé, du 11 au 17 septembre 2022, au Centre international de conférence à Kintélé, au Nord de Brazzaville, sous l’égide de Jean Ignace Tendelet, directeur de cabinet du ministre de la santé et de la population, un atelier de validation des données de l’auto-évaluation des capacités du règlement sanitaire international (Rsi-2005), et la revue des activités du plan d’action national de sécurité sanitaire de la République du Congo 2020-2024.

Au regard de la qualité des experts participant à l’atelier organisé par le Redisse, Jean-Ignace Tendelet, estime que, selon l’approche multisectorielle «une seule santé», les résultats de ces travaux vont contribuer à promouvoir un système de santé «efficace, efficient, résilient et responsable, pouvant garantir à toute la population congolaise, un meilleur état de santé. Un système de santé qui permettra au Congo d’atteindre, dans le domaine de la santé, les objectifs du développement durable (O.d.d) en 2030 et ceux de l’Agenda 2063 de l’Union africaine».
A l’ouverture des travaux, Jean-Claude Emeka, coordonnateur du point focal Règlement sanitaire international (Rsi-2005), par ailleurs directeur de l’hygiène publique et de la promotion de la santé (Dhps), s’est exprimé, entre autres, sur les questions relatives à la mise en œuvre du Règlement sanitaire international en République du Congo. Notamment, la présentation des progrès réalisés par le Congo en fonction des indicateurs associés aux 19 domaines techniques du Rsi-2005 consignés dans le rapport de la 70ème assemblée mondiale de santé de l’O.m.s sur l’application du Rsi-2005.
S’agissant de la problématique liée au plan national de santé, le docteur Emeka a fait savoir que «le plan national de sécurité sanitaire est non seulement un engagement du gouvernement congolais, pour améliorer la situation sanitaire de la population, mais aussi une adhésion au pacte mondial pour la sécurité sanitaire dont les actions prioritaires ont été identifiées, afin de renforcer les capacités essentielles requises pour améliorer le système sanitaire du pays et de la sous-région».
Ce plan d’action national de sécurité sanitaire vise à faire de la République du Congo «un pays dans lequel les communautés nationale, régionale et internationale sont véritablement protégées contre la survenue des crises sanitaires à l’horizon 2024», a souligné le point focal Congo Rsi-2005.
Le coût global de mise en œuvre de ce plan est estimé à 142 283 331 millions d’euros, soit 93.331.747.108 F Cfa. Pour cela, la contribution des partenaires au développement du secteur de santé est vivement sollicitée. L’O.m.s, par exemple, continuera de coordonner la plateforme qui permet aux partenaires de collaborer, afin de renforcer les capacités du Rsi-2005 et d’accroître la contribution de la République du Congo à la sécurité sanitaire mondiale.

Joseph MWISSI NKIENI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici