Créée par la loi n°25-2017 du 9 juin 2017, l’Agence de planification, de promotion et de développement des zones économiques spéciales est en voie d’être opérationnelle, après la validation de ses documents administratifs et financiers, notamment le règlement intérieur, la convention collective et le manuel de procédures administratives, lors d’un atelier organisé du 21 au 23 décembre 2021, à l’Hôtel Saint-François, près de la cathédrale, à Brazzaville, par le Ministère des zones économiques spéciales et de la diversification économique. L’atelier a également adopté les documents financiers, notamment les projets de règlement financier, de plan comptable, de nomenclature budgétaire, de manuel de procédures budgétaires et comptables.

Ouverts par Emile Ouosso, ministre des zones économiques spéciales et de la diversification économique, en présence de Mme Catherine Embondza-Lipiti, présidente du conseil d’administration de l’Agence en charge des zones économiques spéciales, Benoît Ngayou, coordonnateur du Padec (Projet d’appui au développement des entreprises et à la compétitivité), Georges Tambaud, directeur général par intérim de l’agence, et Frédéric Manienzé, directeur de cabinet, les travaux ont connu la participation des experts venus du cabinet du ministère, de l’agence, de la Direction générale de l’aménagement des zones économiques spéciales, de la Direction de l’administration des zones économiques spéciales, du conseil d’administration de l’agence, du Padec, de la Direction générale de la comptabilité publique et de la Direction départementale du travail de Brazzaville.
Pendant deux jours, ces travaux ont abouti à la validation, avec amendements, des documents administratifs, financiers et comptables destinés à rendre opérationnelle l’Agence de planification, de promotion et de développement des zones économiques spéciales, qui est, selon le ministre Emile Ouosso, «l’opérateur en charge de développer des zones économiques spéciales dans notre pays». Un projet mené avec l’assistance de la Banque mondiale, à travers le Padec.
Clôturant les travaux, Frédéric Manienzé a déclaré: «Les défis et les enjeux actuels de la diversification économique à travers les zones économiques spéciales, ainsi que leur promotion devront être au cœur des préoccupations de l’ensemble du personnel de l’agence. En tant qu’acteur majeur de l’opérationnalisation des zones économiques spéciales, l’agence devra consolider davantage les résultats de cet atelier dans une démarche globale de développement et de l’accroissement de son efficience».
La prochaine étape est la tenue de la session du conseil d’administration de l’agence qui va adopter les documents validés. «La bonne utilisation doit être conditionnée par la formation au préalable du personnel. Il appartient à la Direction générale de l’agence de prendre l’initiative de réunir les experts en fonction des documents sur lesquels ils doivent assurer la formation pour que le personnel s’approprie de ces outils de travail, pour s’en servir pendant longtemps», a confié un participant, Dieudonné Diambi, chef des services des contrôles à la Direction générale de la comptabilité publique.
Avec la mise en place de l’agence, les zones économiques spéciales vont devenir une réalité au Congo.

Martin
BALOUATA-MALEKA