Sélectionner une page

Ministère des petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel : Appui du Pnud à deux cents promoteurs d’unités économiques du secteur informel

Ministère des petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel : Appui du Pnud à deux cents promoteurs d’unités économiques du secteur informel

Pour surmonter les effets économiques de la pandémie de covid-19, le Pnud (Programme des Nations unies pour le développement) a offert, dans le cadre d’un partenariat avec le Ministère des petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel, un appui matériel à deux cents promoteurs d’unités économiques du secteur informel des villes de Brazzaville et Pointe-Noire. La cérémonie de remise de ce don a eu lieu le vendredi 18 septembre à la direction générale de l’Agence congolaise pour la création des entreprises, sous l’égide d’Yvonne Adélaïde Mougany, ministre des petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel, en présence de Maleye Diop, représentant-résident du Pnud au Congo.

D’une valeur de 54,5 millions de francs Cfa, le don du Pnud aux acteurs économiques du secteur informel relève de l’opérationnalisation de l’accord signé entre le Ministère des petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel et le P.n.u.d, en juillet 2020, pour l’octroi de micro-subventions aux acteurs du secteur informel paralysés par les mesures liées à la pandémie de covid-19, pour les aider à relancer leurs activités. Au total, deux cents promoteurs d’unités économiques évoluant dans les domaines variés tels que la soudure, la mécanique, la vulcanisation, la cordonnerie et la vannerie ont bénéficié de cet appui répartis comme suit: 125 à Brazzaville et 75 à Pointe-Noire.
Cet appui vise à renforcer les capacités des acteurs du secteur informel dont les activités ont été jugées non essentielles, qui ont donc été arrêtées totalement durant le confinement et qui ont du mal à redémarrer dans le contexte actuel de crise sanitaire.
Pour Maleye Diop, il est donc plus que normal que des actions appropriées soient entreprises en faveur de la relance des activités du secteur informel, du fait de son fort poids économique qui avoisine les 90% des activités de l’économie nationale.«J’encourage tous ces acteurs à faire bon usage de leurs intrants et nous reviendrons dans quelques mois évaluer, avec vous, les progrès accomplis dans les différents métiers et nous espérons avoir d’agréables surprises», a-t-il lancé.
Dans le cadre de la riposte à la covid-19, le Pnud n’est pas à sa première action. Il a déjà accompagné le Ministère de la promotion de la femme dans l’allocation de micro-subventions aux femmes menant des activités génératrices de revenus affectées par la pandémie de covid-19. Avec le Ministère des affaires sociales, il a octroyé des kits alimentaires à environ 2000 ménages vulnérables de Brazzaville. Le Ministère de la santé a reçu du Pnud 500 pulvérisateurs portables, pour contribuer à l’assainissement des lieux publics, etc.
Réceptionnant le don du Pnud, la ministre Yvonne Adélaïde Mougany a promis de veiller personnellement à son utilisation rationnelle par les bénéficiaires, afin que cette action, «comme l’a déclaré le Premier ministre à l’édition 2020 des assises nationales de l’entrepreneuriat au Congo, vise à assurer, coûte-que-coûte, une sortie de crise rapide et maîtrisée». La ministre en charge du secteur informel espère que le Pnud poursuivra son action en faveur des acteurs de ce secteur et a invité les bénéficiaires à un travail conséquent, pour atteindre le relèvement de leurs activités productives, pour contribuer à la relance économique dans le pays.

Urbain NZABANI

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

23 octobre 2020, 03: 20

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 4
  • 28
  • 1 640
  • 3 699
  • 463
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net