Sélectionner une page

Ministère des affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger : Désormais, les réfugiés au Congo peuvent disposer d’un titre de voyage

Ministère des affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger : Désormais, les réfugiés au Congo peuvent disposer d’un titre de voyage

Le Conseil des ministres qui a eu lieu le mercredi 23 septembre 2020, au Palais du peuple, à Brazzaville, sous la très haute autorité du Président de la République Denis Sassou-Nguesso, a adopté un projet de décret portant institution du titre de voyage de réfugié et fixant les modalités de son attribution.

Présentant ce projet de décret, Jean-Claude Gakosso, ministre des affaires étrangères, de la coopération et des congolais de l’étranger, a indiqué que celui-ci vise à doter la République du Congo d’un cadre juridique tendant à instituer un passeport de réfugié et à fixer les modalités de son attribution. C’est pour assurer la protection des réfugiés et pour garantir leur liberté d’aller et venir au-delà des frontières du pays d’accueil, sauf dans le pays d’origine, qu’est envisagé ce décret, conçu en conformité avec les conventions internationales dument ratifiées par le Congo mais aussi et surtout pour rester fidèle à l’ histoire et aux traditions de notre pays qui a toujours et souvent offert l’accueil, l’asile et l’hospitalité à de nombreux peuples et citoyens du monde ayant quitté leurs pays pour des raisons tant politiques qu’humanitaires.

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.
close
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.

A propos de l'auteur

l'horizonafricain

L'horizon Africain, un journal d'information paraissant au Congo Brazzaville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

25 novembre 2020, 14: 59

L’editorial de la redaction

IL NE FAUT PAS PÉNALISER LES GÉNÉRATIONS FUTURES

On a hérité de la période de vaches grasses, quand les budgets de l’Etat étaient excédentaires grâce à la manne pétrolière (2004 à 2014), des habitudes qui, aujourd’hui où l’on gère les vaches maigres, risquent de pénaliser les générations futures, en raison des ardoises qu’accumule l’Etat chaque année. On pourrait alors se retrouver en porte à faux avec le principe de l’équité intergénérationelle.

Lire la suite

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 44
  • 30
  • 2 447
  • 6 297
  • 852
  • 653
  • 18 novembre 2020

Votre météo

booked.net