22.6 C
Brazzaville
lun 28 novembre 2022
spot_img
AccueilActualitéMinistère de la santé et de la population : Gilbert Mokoki met...

Ministère de la santé et de la population : Gilbert Mokoki met le cap sur la redynamisation des douze districts sanitaires

Les directeurs généraux relevant du Ministère de la santé et de la population, les directeurs départementaux des soins et service de santé, les médecins-chefs des districts sanitaires et les cadres du Cabinet du Ministère de la santé et de la population se sont retrouvés, du 12 au 16 juillet 2021, à Ouesso, commune et chef-lieu du Département de la Sangha, pour l’atelier de planification des activités prioritaires du dernier semestre de la stratégie opérationnelle de l’O.m.s 2020-2021. La cérémonie d’ouverture de cet atelier s’est déroulée sous le patronage du ministre de la santé et de la population, Gilbert Mokoki, en présence du représentant de l’O.m.s au Congo, le Dr Lucien Manga, des cadres des agences du système des Nations unies, et des autorités locales.

Le Premier ministre Anatole Collinet Makosso (à g), le Ministre Mokoki (au milieu) et le Dr Sapoulou (troisème) visitant l’Hôpital général de Djiri.
Le Premier ministre Anatole Collinet Makosso (à g), le Ministre Mokoki (au milieu) et le Dr Sapoulou (troisème) visitant l’Hôpital général de Djiri.

Dans son mot de circonstance, le ministre Mokoki a mis l’accent sur la redynamisation des 12 districts sanitaires du Congo, allant jusqu’à instituer une émulation, chaque semestre, «afin d’apprécier les avancées obtenues dans la mise aux normes de fonctionnement». C’est un discours d’orientation dont les cadres du Ministère de la santé et de la population doivent s’inspirer pour mener à bien l’offre de soins de santé de qualité dans notre pays. En voici l’intégralité.

«… Distingés invités, en vos rangs et grades, soyez salués!
Je ne peux commencer mon propos, sans vous saluer et vous remercier pour l’accueil combien chaleureux que vous avez bien voulu me réserver. Au moment où Son Excellence Monsieur de la République m’a confié la responsabilité du secteur de la santé, il a pris soins de me rappeler sa ferme détermination d’offrir des soins de santé de qualité à toute personne résident en République du Congo, quel que soit son lieu d’habitation, son rang social ou son niveau d’instruction. Cette volonté est déclinée, désormais, dans le Programme d’action que Monsieur le Premier Ministre Chef du Gouvernement a présenté, le 21 juin dernier, devant la représentation nationale et dont l’objectif stratégique est intitulé: «Rendre disponibles et accessibles à tous, les soins de santé de base et les soins tertiaires de qualité». Cet objectif a fait l’objet d’un long échange, lors du séminaire gouvernemental, tenu à Kintélé en juin 2021.
Aux termes de ce séminaire, il a été conclu, de façon unanime, que le secteur de la santé constitue le premier problème du pays et l’un des principaux leviers du développement du Congo. C’est pourquoi, Monsieur le Premier Ministre Chef du Gouvernement a placé en première position, le secteur de santé parmi les nombreux préalables du développement de notre pays.
Les attentes du secteur de santé sont immenses, surtout dans ce contexte de pandémie à la Covid-19, qui continue de perturber tous les autres secteurs de la vie, dans toutes les Nations, alors que chaque Etat membre des Nations Unies s’était engagé à atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD) d’ici 2030.
Face à toutes les attentes, il n’est plus possible, j’allais dire hors de question de garder nos vieilles méthodes de travail et nos traditionnels comportements. Nous devons obligatoirement changer nos habitudes qui freinent considérablement l’amélioration de nos indicateurs de santé. Il nous faut:
1- renoncer, de manière radicale, aux antivaleurs. A ce sujet, j’ai instruit l’Inspection Générale de la Santé d’intensifier les missions de contrôle dans vos administrations et dans vos formations sanitaires tel que nous a instruit Monsieur le Premier Ministre Chef du Gouvernement;
2- renforcer la redevabilité, à tous les niveaux, du système de santé. Chacun doit savoir que la période de «laisser-aller» est révolue et qu’il est fait obligation de rendre compte, de façon régulière, sur vos indicateurs de performance. J’ai demandé à Monsieur le Directeur Général des Services et Soins de Santé (DGSSS) d’élaborer des modèles de rapports à produire de manière régulière, afin de remplir la carte de score exigée à nos différents Chefs d’Etat;
3- adopter l’approche de gestion axée sur les résultats. Il ne s’agira plus d’énoncer les activités menées, mais plutôt de montrer le niveau d’atteinte des résultats probants et mesurables lors des évaluations. Cette approche nous facilitera de rendre compte au niveau gouvernemental, chaque trimestre;
4- il nous faut gérer, de façon efficiente, les ressources mises à notre disposition mais aussi produites par nous-mêmes à travers le recouvrement des coûts. En cette période de crise, il faut mettre en place les dispositifs de sécurisation des recettes qui nous permettront de renouveler le stock de médicaments et du petit matériel médico-technique qui font souvent défaut. J’y veillerai personnellement à cette sécurisation des recettes dans les administrations et formations sanitaires;
5- maintenir l’offre traditionnelle de soins et services de santé pendant la riposte à la Covid-19.
S’agissant de la riposte contre la Covid-19 qui devient de plus en plus complexe, à cause de la circulation des variants plus virulents, il ne faut pas baisser la garde, mais plutôt:
– utiliser les stratégies vaccinales plus efficaces couplées à une intense communication de proximité, en vue d’augmenter la couverture vaccinale au-delà de 10% d’ici la fin de l’année. Nos équipes de vaccination doivent aller vers les populations cibles;
– veiller à ce que tous les professionnels de santé soient vaccinés dans vos départements;
– conseiller et soutenir au mieux, les autorités politico-administratives locales dans l’animation des cellules départementales, afin de redynamiser le respect des gestes barrières par les populations;
– accroître le dépistage de la Covid-19 dans chaque Département, en utilisant les tests antigéniques mis à votre disposition par le Comité Technique National;
– renforcer la surveillance épidémiologique en général, en particulier au niveau des points d’entrée;
– peaufiner la production de vos SITREP qui doivent parvenir 24 heures avant la réunion du Comité Technique National de Riposte.

Mesdames et Messieurs les Directeurs Départementaux;
Mesdames et Messieurs les Médecins-Chefs,
Notre pays comme d’autres Etats, avait opté depuis ALMA ATA, pour le système de santé de district, comme principal outil pour offrir les Soins de Santé Primaires à notre population. Malheureusement, force est de constater que nous ne possédons aucun district sanitaire remplissant les normes de fonctionnalité.
La stratégie opérationnelle de mise en œuvre du treizième Programme de Travail de l’OMS conclu avec le Ministère de la Santé, constitue de ce fait une véritable opportunité pour avoir un District Sanitaire modèle, capable de servir d’école pour les autres dans chaque département. Il s’agit là d’une très bonne initiative pour laquelle tous les Directeurs Départementaux et tous les Médecins-Chefs doivent consacrer du temps et consentir des efforts pour la réussite de ce plan.
J’invite, donc, tous les participants à cet atelier, de bien cibler les priorités, de mieux formuler les objectifs et les résultats et de bien définir les interventions efficientes pour le développement optimal de ces 12 Districts Sanitaires. J’annonce d’ailleurs, l’organisation d’une émulation à la fin du prochain semestre, afin d’apprécier les avancées obtenues dans la mise aux normes de fonctionnement de ces 12 Districts Sanitaires.
Les paresseux, les figurants et mauvais gestionnaires de notre Système de Santé doivent être changés, afin d’imprimer une dynamique de changement exigé par Son Excellence Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat.
Les défis du moment ont besoin des femmes et des hommes engagés, disponibles, débarrassés des antivaleurs, pour participer à l’action gouvernementale. De nombreux jeunes formés dans les différentes écoles, instituts et universités sont prêts à remplacer les laxistes pour un véritable renouveau. C’est le maître-mot de ce nouveau quinquennat.

Messieurs les Membres du Cabinet;
Messieurs les Directeurs Généraux;
Chers Partenaires,
J’ai voulu faire participer à cet exercice de planification, les acteurs du niveau stratégique, pour qu’ils identifient les faiblesses dans la production des outils normatifs et des procédures tant attendues au niveau opérationnel. Un travail de production des normes et procédures est attendu dès notre retour à Brazzaville, avec l’appui de nos partenaires techniques et financiers, afin de gérer efficacement notre Système de Santé.
Aussi, je saisis cette opportunité pour lancer un S.O.S à tous nos partenaires, afin d’accompagner le Gouvernement dans la réhabilitation de l’Hôpital de Ouesso, formation sanitaire de premier recours qui, malheureusement, se trouve dans un état d’obsolescence avancée. Tout en vous souhaitant un bon travail, je déclare ouvert l’atelier de planification des activités de la stratégie opérationnelle du 13ème Programme de travail de l’OMS dans les 12 Districts Sanitaires cibles. Je vous remercie».

AUTRES ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

derniers articles

Commentaire