Conformément à l’article 94 de la Constituton, le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, était face aux élus du peuple réunis en congrès, mardi 28 décembre 2021, sous le patronage d’Isidore Mvouba, président de l’assemblée nationale, au Palais des congrès, à Brazzaville, pour délivrer son message sur l’état de la Nation. C’était en présence du président du sénat, Pierre Ngolo, des présidents des institutions constitutionnelles, des secrétaires permanents des Conseils consultatifs, des membres du gouvernement, dont le Premier ministre Anatole Collinet Makosso, des membres du corps diplomatique, de la Force publique, etc. Dans son message, le Chef de l’Etat a fait le tour d’horizon des points saillants de la vie nationale au titre de l’année qui s’achève. Il a parlé des grands projets à réaliser et donné des orientations pour la nouvelle année avec la tenue prochaine des élections législatives et locales. Le Chef de l’Etat a exprimé sa détermination à conduire le combat contre la covid-19 et en appelle à la consolidation des efforts engagés, en vue d’une mobilisation plus importante des investissements direct étrangers pour la relance et la diversification de l’économie nationale.

Dès l’entame de son message, le Président Denis Sassou-Nguesso a honoré, au nom de la République, la mémoire de ses compatriotes disparus: «En m’acquittant de ce devoir ce jour, Je voudrais saluer, de nouveau, la mémoire de l’Honorable Justin Koumba, ancien président de l’Assemblée nationale et de l’ancien Premier ministre Clément Mouamba, qui nous ont quittés alors que le Congo avait encore besoin de leur expérience dans la gestion des affaires d’Etat. La Nation rendra hommage, le moment venu, à l’ancien Premier ministre Clément Mouamba qui a consenti, durant 5 ans, des efforts appréciables à la tête du gouvernement. De même, je ne saurais rester insensible aux épisodes de deuil qui ont affecté, cette année, certains de nos compatriotes à travers la perte des êtres chers, illustres ou peu connus, parmi lesquels figurent plusieurs dirigeants politiques et cadres administratifs de notre pays. M’inclinant devant la mémoire des autres compatriotes disparus, J’exprime, à chacun de nos concitoyens endeuillés, toute ma compassion et ma solidarité, face à ces épreuves ultimes, combien affligeantes. Spécifiquement à la Force publique, pour les officiers supérieurs, les officiers subalternes, les sous-officiers et les hommes de troupe qui ont tiré leur révérence en 2021, en services commandés ou en toutes autres circonstances, mes pensées les plus profondes et la Patrie toujours reconnaissante».
Abordant la question sur la crise sanitaire causée par la pandémie de covid-19, Denis Sassou-Nguesso a reconnu que, «comme sous d’autres cieux, les mesures salvatrices édictées ne permettent pas certes pour l’heure d’éradiquer ce fléau». «Le Peuple observe, avec résilience, les mesures retenues à ce propos, même s’il subsiste encore des comportements et des agissements individuels qui appellent des corrections vigoureuses», a-t-il dit. Mais, la réticence des populations à la vaccination a été un frein pour notre pays d’atteindre son objectif de 30% en couverture vaccinale en 2021. A cet effet, le Chef de l’Etat appelle à une augmentation de la communication autour de la vaccination. «Les efforts de communication, d’information et d’éducation devraient s’intensifier le plus largement possible et s’approfondir pour vaincre les poches de résistance sur la vaccination contre le coronavirus», a-t-il affirmé. «La mise en œuvre d’une riposte adéquate, principalement à travers l’adhésion massive des populations à la campagne de vaccination et le respect rigoureux des gestes barrières, par tous, placera progressivement notre pays à l’abri de l’incidence meurtrière de la pandémie de covid-19. Pour ma part, une fois de plus devant la Nation toute entière,
Je réitère mon engagement à conduire, avec plus de détermination, le combat contre cette pandémie», a-t-il souligné.
Pour ce qui est de la bonne gouvernance et la lutte contre les antivaleurs qui ne cessent de ternir l’image des institutions publiques, Denis Sassou-Nguesso promet que «l’amélioration du climat des affaires et la consolidation du socle juridique et judiciaire, du secteur productif créateur de richesse devrait s’accélérer et conférer une attractivité plus forte à notre pays auprès des partenaires». Dans ce sens, «il s’agit de réhabiliter le spectre et le réflexe de la sanction, d’appliquer la loi dans toute sa rigidité et de promouvoir le triptyque: rigueur, intégrité, efficacité pour ne pas capituler devant la crise montante de l’impunité», a-t-il précisé, en citant les différentes institutions chargées de la lutte contre les anti-valeurs. «Cette énumération montre, sans équivoque, que la République du Congo a bel et bien mis en place un arsenal adéquat de veille et d’impulsion de la bonne gouvernance», remarque-t-il, avant d’interpeller les magistrats sur le respect de leur éthique.
En matière de gouvernance économique, il a fait savoir que nous devons joindre nos efforts pour que notre pays retrouve un équilibre macro-économique. Pour le Président de la République, «l’agriculture, deuxième pilier d’espoir de rebond économique, demeure un puisant réservoir de main d’œuvre et d’emplois pour les jeunes. Garant de notre sécurité alimentaire et facteur de croissance, le secteur agricole, qui déploie une activité essentielle à la Nation, constitue une clé primordiale de l’essor économique et sociale du Congo». Ainsi, Denis Sassou-Nguesso a annoncé l’installation de cent zones économiques spéciales et l’ouverture, en 2022, de quatre zones agricoles protégées dans les Départements de la Bouenza, de la Lekoumou, des Plateaux et de la Cuvette, pour la production des denrées de base telles que le manioc, l’arachide, le maïs et le soja.
Sur le plan environnemental et la lutte contre le changement climatique, Denis Sassou-Nguesso est revenu sur la participation du Congo à la Cop 26 dont il estime que les pays africains n’ont pas obtenu gain de cause. Il a déclaré, «la Cop 26 avec un accord a minima entre les Etats parties s’est conclue sur un sentiment d’insatisfaction pour l’Afrique». De même, «le financement destiné aux pays les plus vulnérables pour se préparer à affronter les effets dévastateurs du dérèglement climatique sont révélés très insuffisants», a-t-il indiqué.
Concernant la condition de vie des populations, notamment la situation des retraités, des sinistrés et celle liée à l’emploi des jeunes, le Chef de l’Etat a salué le dialogue entrepris avec les différentes catégories sociales et a promis de prendre à bras le corps les doléances présentées pour y remédier. «Pour ma part, je veillerai à ce que le gouvernement, qui consent de plus en plus d’effort face à la demande sociale, assure le règlement effectif des charges et autres droits attenant aux obligations pendantes, telles les bourses des étudiants, les pensions de retraite et diverses indemnités dues aux sinistrés et expropriés.
Ces différentes créances sur l’Etat restent exigibles et seront couvertes au fur et à mesure de la disponibilité des ressources nécessaires», a-t-il affirmé.
Au terme de son message, Denis Sassou-Nguesso a invité l’ensemble des acteurs intéressés aux prochaines élections législatives et locales à privilégier la paix et l’unité nationale. Après avoir abordé d’autres questions comme l’éducation, l’emploi des jeunes, la santé, les conditions de vie des populations, avec la distribution de l’eau et de l’électricité, la diplomatie menée par son gouvernement, il a exhorté les Congolais à la persévérance dans l’effort, en adressant ses meilleurs vœux de nouvel an au peuple.

Roland KOULOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici