24.2 C
Brazzaville
sam 3 décembre 2022
spot_img
AccueilActualitéMaroc : Nasser Bourita et le plaidoyer pour une matérialisation de la...

Maroc : Nasser Bourita et le plaidoyer pour une matérialisation de la zone de libre-échange

Dans une interview à l’«African union journal», Nasser Bourita, ministre marocain des affaires étrangères a partagé la vision du Maroc, pour le développement du continent africain, et les enjeux géostratégiques du sommet Europe-Afrique 2022 qui s’est tenu à Bruxelles du 17 au 18 février dernier. Il a fait le plaidoyer pour une matérialisation de la zone de libre-échange.

Selon Nasser Bourita, «lorsque le Maroc est retourné à l’Union africaine en 2017, Sa Majesté le Roi Mohamed VI avait rappelé que le Maroc, une fois installé au sein de l’Union, participera à relever les véritables défis du continent».
Sur le plan de la sécurité alimentaire, «le Maroc est un pays qui a développé une maîtrise du secteur agricole depuis des années. Le plan Maroc vert, la stratégie génération verte sont des modèles pour le développement de l’agriculture sur le continent. Avec plusieurs pays et à titre bilatéral, le Maroc, à travers des programmes, a contribué à garantir la sécurité alimentaire et à renforcer la productivité de l’agriculture dans plusieurs pays». Pour lui, «l’Union africaine doit être proche des problèmes des Africains. Les débats ne doivent pas se perdre dans des questions idéologiques dépassées, mais plutôt se concentrer sur ce qui unit les Africains».
En matière de lutte contre la pandémie de covid-19, il a réaffirmé qu’«en lançant les travaux d’une usine de vaccin au Maroc, l’idée de Sa Majesté, le Roi Mohamed VI, était non seulement de servir le Maroc, mais d’avoir des vaccins à la portée des populations africaines. C’est ça la logique».
«La Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) devrait être un moteur pour le made in Africa, pas pour importer de l’extérieur et inonder les marchés africains. La Zlecaf nécessite une mise à niveau des infrastructures, des lois, des textes entre les pays africains. Les niveaux de développement des pays africains ne sont pas les mêmes. Il y a des décalages importants et Zlecaf ne pourra être efficace, utile que si le travail d’accompagnement, le travail préparatoire est fait d’une manière rationnelle, d’une manière pragmatique».

AUTRES ARTICLES

derniers articles

Commentaire

Davidtom on Football
Joshuadrymn on
Joshuadrymn on Football