Face à l’agitation qu’ont menée certains responsables de son parti, le M.c.d.d.i (Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral), Euloge Landry Kolélas a adopté une attitude de fermeté, en prenant la décision de faire limoger ceux qui sont soupçonnés d’en être à l’origine. Ainsi, après un tract publié le 7 novembre 2022, par un certain «collège des membres du Bureau exécutif national», il a réagi en demandant au Bureau exécutif national de prendre la décision de limoger les membres à l’origine de cette déclaration, notamment Blaise Kangou, Davy Jesmin Mpassi et les autres.

Dans une déclaration publiée à Brazzaville le 7 novembre 2022, certains membres du Bureau exécutif national du M.c.d.d.i dénoncent «le népotisme et l’amateurisme qui ont caractérisé la gestion du parti ces sept dernières années. Ils constatent la démission, de fait, du président du parti, le frère Euloge Landry Kolélas» et annoncent la mise en place d’un «comité ad hoc chargé de réfléchir sur les modalités de sortie de crise».
Ensuite, les initiateurs de cette déclaration reprochent au président du M.c.d.d.i d’avoir organisé «non pas une session élective du comité départemental du M.c.d.d.i, mais une assemblée générale de trois arrondissements sur neuf, pour désigner un autre président, en remplacement du président élu du comité départemental de Brazzaville». Bref, il s’agit d’une protestation contre l’éviction Davy Jesmin Mpassi, qui a été remplacé par le député siégeant Ulrich Martinien Régis Bocko.
Face à cette fronde, Euloge Landry Kolélas, le président du M.c.d.d.i, a convoqué, jeudi 10 novembre, les membres du Bureau exécutif national de son parti, en réunion extraordinaire, pour prononcer la radiation de l’un des leurs, Blaise Kangou, suspecté comme étant l’instigateur de cette fronde. Davy Jesmin Mpassi, Rufin Makoumbou et Joséphine Salakanda ont écopé d’une «suspension du parti à titre conservatoire», pour «comportement séditieux».
Après ce coup de balai, le M.c.d.d.i va-t-il retrouver l’accalmie dans ses rangs? L’on sait que les signataires de la fameuse pétition du 26 octobre 2022, demandent «le changement pur et simple de l’équipe dirigeante du parti». Euloge Landry Kolélas a repris le contrôle de sa machine politique. Reste à savoir si ses conspirateurs le laisseront enfin tranquille.

Urbain NZABANI