22.7 C
Brazzaville
sam 3 décembre 2022
spot_img
AccueilActualitéLutte contre l’inflation des prix :Le gouvernement a décidé de prendre le...

Lutte contre l’inflation des prix :Le gouvernement a décidé de prendre le taureau par les cornes, mais…

La guerre d’invasion que Vladimir Poutine a déclenchée en Ukraine, à partir du 24 février 2022 et les lourdes sanctions à caractère économique prises par les pays occidentaux de l’Otan (Organisation du traité Atlantique Nord) contre la Russie ont provoqué des menaces de crise alimentaire dans le monde. Pays dépendant d’importations massives de denrées alimentaires, la République du Congo est exposée à l’inflation des prix comme cela se remarque déjà dans les marchés. Face à cela, le gouvernement, à l’initiative du Premier ministre Anatole Collinet Makosso, a décidé de prendre le taureau par les cornes, en mettant en place, le 29 mars 2022, une Cellule de veille dont la mission, entre autres, est de «veiller à la maîtrise des prix et des produits de première nécessité». Mais, encore lui faut-il mettre en pratique les décisions prises.

La Cellule de veille est déjà opérationnelle. A l’issue de sa première réunion, le ministre d’Etat Alphonse Claude N’Silou, ministre du commerce, des approvisionnements et de la consommation, est monté au créneau pour exprimer la volonté du gouvernement de lutter contre l’inflation des prix, par l’élaboration d’un plan de résilience qui doit aboutir à la mobilisation d’un fonds de résilience destiné à booster la production nationale, en venant en aide aux producteurs locaux, et à subventionner l’importation de certaines denrées alimentaires de première nécessité n’étant pas produites au Congo.

Pendant la réunion de la Cellule de veille.
Pendant la réunion de la Cellule de veille.

«L’Ukraine et la Russie sont deux gros producteurs de céréales. Avec la guerre qui se passe, on va vers une crise alimentaire importante dans le monde. Donc, notre pays ne va pas y échapper. Et pour ça, il faut qu’un gouvernement comme le nôtre anticipe, en prenant des mesures qui vont permettre au pays d’avoir des stocks alimentaires en quantité suffisante, en produits alimentaires de base et d’autres produits de première nécessité», a-t-il déclaré à la presse au sortir de cette réunion tenue à la Primature.

Sous la diligence du ministre d’Etat N’Silou, le Ministère du commerce a déjà réalisé une grande expérience de lutte contre l’inflation des prix, durant la longue période de la pandémie de covid-19 où les mesures de riposte avaient aggravé la crise économique et même perturbé la production nationale et les circuits d’importation des denrées alimentaires. Les conséquences en étaient, entre autres, l’inflation des prix. Mais, pendant deux ans, le Ministère du commerce a réussi, tant bien que mal, à maintenir un niveau des prix relativement supportable pour les populations, malgré la chute du pouvoir d’achat de nombreuses personnes, dues aux arrêts d’activités ou à la faillite des entreprises. Le pire a été malgré tout évité.

Cette fois, la guerre d’invasion en Ukraine a ouvert une nouvelle épreuve d’inflation des prix. On le remarque déjà dans les marchés où des produits de première nécessité, comme l’huile de cuisine, voient leurs prix augmenter. Le gouvernement a décidé de prendre le taureau par les cornes, mais faut-il encore qu’il soit prêt à prendre certaines décisions pour maintenir les prix à des niveaux supportables. Est-il prêt à revoir à la baisse, par exemple, le nombre de péages sur la route lourde Pointe-Noire/Brazzaville, à baisser le taux de douane pour les produits alimentaires de base, à ralentir le rythme des contrôles administratifs dans les marchés où les fonctionnaires affectionnent les dessous de table que les commerçants répercutent dans les prix? Tout le monde sait qu’il s’agit là des facteurs qui suscitent l’inflation des prix et qui font du Congo un pays où le coût de la vie est très élevé, comparé à d’autres pays africains.

Enfin, il faut que le gouvernement soutienne les producteurs locaux, en mettant réellement en pratique le Fonds de résilience comme il a décidé de le faire. On a déjà vu, pendant la covid-19, que le Fonds national de solidarité pour le soutien aux entreprises n’a jamais été opérationnel. Les entreprises se sont débrouillées à relancer leurs activités, après les pertes énormes subies, à cause des mesures de riposte prises par le gouvernement.

Enfin, le Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche a un grand rôle à jouer pour booster la production agricole nationale. On ne le dira jamais assez, les prix obéissent au principe de l’offre et de la demande. Plus il y a la production, mieux les prix auront tendance à se maintenir ou à baisser. Si la production est inférieure à la demande, les prix auront tendance à augmenter. Encourager, soutenir la production agricole locale et transporter sans tracasserie la production dans les grands centres de consommation signifient réguler au mieux les prix dans les marchés.

Jean-Clotaire DIATOU

AUTRES ARTICLES

1 COMMENTAIRE

Les commentaires sont fermés.

derniers articles

Commentaire

Davidtom on Football
Joshuadrymn on
Joshuadrymn on Football