En vue d’éradiquer le phénomène d’apatridie dans le monde, le H.c.r (Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés) mène une campagne décennale (2014 à 2024) de sensibilisation des Etats. Liant la théorie à la pratique, le H.c.r a fait don au Ministère de l’administration du territoire de 4.681 registres d’actes de naissance, d’outils informatiques et accessoires, de meubles et de fournitures de bureau pour une valeur totale de 120.000 dollars américains (environ 65 millions de francs Cfa). Ce don a été réceptionné, vendredi 17 décembre 2021, par Jean-Béal Akoundzé, préfet directeur de cabinet du ministre de l’administration du territoire, de la décentralisation et du développement local, lors d’une cérémonie à l’Hôtel de la préfecture de Brazzaville.

Au Congo, les enfants représentent presque la moitié de la population, soit 47%. Parmi eux, 61% souffrent simultanément d’au moins trois formes de privations sur une échelle de cinq retenues par le H.c.r. Le Congo a organisé, entre 2019 et le 1er trimestre 2021, un recensement à vocation d’Etat-civil qui a permis d’identifier près de 200.000 personnes dépourvues d’actes de naissance.
L’absence de pièce d’Etat-civil à une personne est source d’apatridie qui est la situation d’une personne qu’aucun Etat ne reconnaît comme son ressortissant, par application de sa législation nationale. Et la faiblesse du système d’enregistrement des naissances avec pour corollaire le défaut de documents d’Etat-civil est l’une des causes qui engendrent ce phénomène. Pour y remédier, le H.c.r s’emploie à appuyer le Congo, pour améliorer son système d’enregistrement des naissances. Le don fait au gouvernement contribuera, sans doute, à renforcer les capacités des services de l’administration de l’Etat-civil et à réduire les risques d’apatridie.
Pendant la cérémonie, Mme Lydie Navigue, administratrice principale de protection, représentant la représentante du H.c.r, a rappelé qu’un système d’Etat-civil faible est une porte grandement ouverte aux situations d’apatridie. «Cet accompagnement s’inscrit dans le cadre de la campagne «I belong», en français «J’existe», lancée par le H.c.r depuis 2013, appelant ainsi tous les Etats à prendre des mesures nécessaires pour lutter contre ce phénomène inquiétant. Au niveau international, le Congo a pris une série d’engagements allant dans le sens de la prévention, de l’identification et de la réduction des cas d’apatridie, mais aussi de la protection des personnes apatrides», a apprécié Mme Navigue.
Au nom du gouvernement, le préfet directeur de cabinet du ministre de l’administration du territoire a remercié le H.c.r pour son soutien constant au Congo dans la lutte contre ce phénomène de l’apatridie. «Le H.c.r appuie le Congo dans le processus de réformes et de modernisation du système national de l’Etat-civil ainsi que dans le cadre de la lutte contre l’apatridie. Aussi, le H.c.r a été de toutes les étapes qui ont conduit à la mise en place, par le gouvernement, de sa politique de refondation du système national d’Etat-civil qui sera mise en œuvre en 2022», a fait savoir Jean-Béal Akoundzé.
Pour sa part, Jacques Essissongo, préfet directeur général de l’administration du territoire, a salué le partenariat dynamique avec le H.c.r sur le volet Etat-civil. «L’apatridie n’est pas un statut à légitimer. Par ce lot de registres… L’objectif zéro enfant sans acte de naissance d’ici à 2030 va être atteint».
Voilà qui laisse espérer que le don fait par le H.c.r sera bien utilisé dans les mairies et les districts.

Urbain NZABANI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici